Image d’illustration — NikSalivan / Shutterstock.com

Les poussières d’étoiles ont existé bien avant la formation de notre Système solaire. En découvrant de la poussière d’étoiles cachée dans de la météorite, les scientifiques ont ainsi trouvé la matière la plus vieille qui existe sur Terre.

Des poussières d’étoiles vieilles de 3 milliards d’années de plus que le Soleil

Les scientifiques de l’université de Chicago ont identifié le matériau le plus ancien jamais trouvé sur Terre à l’intérieur d’une roche spatiale. La météorite est ainsi remplie de minuscules grains de poussière d’étoiles antiques qui sont antérieurs à la naissance du Soleil et de notre Système solaire. En effet, la poussière d’étoiles a environ 5 à 7 milliards d’années, tandis que le Soleil a environ 4,6 milliards d’années.

Il faut savoir que la poussière d’étoiles est le matériau restant après la mort d’une étoile dans une supernova. Ces matériaux se réunissent ensuite pour former de nouvelles étoiles, planètes et autres corps cosmiques. C’est ainsi que certains de ces grains de ce matériau provenant d’une région éloignée de l’espace ont atterri sur Terre, transportés dans la météorite de Murchison qui s’est écrasée en Australie vers la fin des années 1960.

Pour plus de précision, il faut savoir que ces poussières d’étoiles renfermées dans les météorites sont appelées des « grains présolaires ». Les chercheurs du Field Museum, affilié à l’université de Chicago, ont notamment expliqué que « les grains présolaires sont les échantillons solides datables les plus anciens disponibles, et fournissent un aperçu inestimable de la chronologie présolaire de notre galaxie ».

Des résultats qui ont nécessité près de 30 ans de recherches

Les détails des recherches menées sur ces grains présolaires contenus dans la météorite de Murchison ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. On y détaille notamment comment les scientifiques ont examiné quarante grains présolaires qui ont été prélevés sur la météorite de Murchison il y a trois décennies. Pour déterminer l’âge des grains, ils ont étudié les isotopes de l’élément néon.

Il faut savoir que ces isotopes interagissent avec les rayons cosmiques dans l’espace. Plus précisément, c’est l’exposition aux rayons cosmiques – qui sont des particules de haute énergie qui traversent l’Univers – qui crée les isotopes de néon. C’est le fait de mesurer l’abondance de ces isotopes qui a permis de révéler l’âge de la poussière d’étoiles.

Bien évidemment, les chercheurs vont encore continuer leurs recherches sur ces poussières d’étoiles. Mener des études encore plus approfondies sur cette matière pourrait permettre aux scientifiques d’en savoir plus sur la formation des étoiles et des galaxies. Les scientifiques ont également trouvé d’autres substances inhabituelles qui ont vivement suscité leur curiosité.

Par ailleurs, le Dr Philipp Heck, auteur principal de l’étude, a déclaré dans un communiqué : « La poussière d’étoiles est le matériau le plus ancien à atteindre la Terre, et à partir d’elle, nous pouvons en apprendre davantage sur nos étoiles parentes, sur l’origine du carbone dans notre corps, et sur l’origine de l’oxygène que nous respirons. Avec la poussière d’étoiles, nous pouvons retracer cette matière à l’époque d’avant le Soleil. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de