Votre pouce pourrait devenir difforme à force d’utiliser votre smartphone

Le fournisseur d’accès mobile britannique O2 a publié un rapport d’étude intitulé Mobile Life Report. Il y est fait mention des types de relations qu’entretiennent les utilisateurs avec leur téléphone portable… Et de l’inévitable gonflement que connaîtront nos pouces !

 

La mutation pour tous !

En 1963, Stan Lee et Jack Kirby créaient les X-Men, ces valeureux combattants dotés de super-pouvoirs obtenus par l’expression d’un gène mutant. Baptisés homo sapiens superior, les mutants représentaient le prochain stade de l’évolution, sources de toutes les peurs et frustrations des Homo sapiens demeurés tristement banals.

L’évolution d’une espèce est un processus extrêmement lent ; nous mêmes avons dû attendre des millions d’années avant de pouvoir jouir de notre apparence « définitive ». Eh bien rassurez-vous, d’ici quelques années, nous serons tous mutants ! Pas de vision laser ou de griffes en adamantium – hélas ! – mais des pouces anormalement larges comparés au reste de nos doigts…

Poucelino & Poucelina

L’étude Mobile Life Report commandée par O2, l’équivalent d’Orange, est très instructive sur notre future apparence. Un tiers des personnes interrogées ont ainsi affirmé avoir déjà constaté des changements physiques directement imputés à l’utilisation de leur smartphone ; tandis que 37 % avouent s’attendre à ce que leur corps change à mesure que le smartphone métamorphose la société, le quotidien et les relations.

Au Royaume-Uni, puisque l’on parle d’une étude hors Union-Européenne, 2 500 000 Britanniques auraient déjà un pouce plus large que l’autre ! Un changement physique peu glamour qui résulte des allers-retours incessants de nos pouces sur les écrans tactiles toujours plus gigantesques de nos smartphones – on parle du Galaxy Note ou bien ?

Un doigt en moins, des années en plus

L’étude du fournisseur O2 destine les humains à disposer d’un pouce 15% plus large que l’autre et d’un auriculaire en zigzag ! Les Britanniques sont un peu moins de 4 millions à affirmer que leur auriculaire – nom scientifique donné au petit doigt – aurait déjà changé à cause de l’utilisation prolongée du smartphone. Et plus de 5 millions évoquent une courbe distinctive de leurs doigts, due à leur manière de tenir leur portable !

L’heure n’est clairement pas à la désintox : 19 % du panel avoue être incapable de passer 24 heures sans consulter leur téléphone, tandis que 20 % admettent s’être déjà endormis avec leur appareil à la main… Et ce chiffre n’est pas prêt de baisser quand on sait que 15 % de la population britannique pensent que les smartphones vont améliorer leur espérance de vie. Un optimisme démesuré nourri par les dizaines d’applis fitness qui pullulent sur les stores. Utilisées par près d’un tiers des possesseurs d’Android et d’iOS, elle font miroiter un futur radieux qui fleure bon le footing et le bio… Mais à quel prix ?

Keep calm et use your phone

Nicola Goldsmith est hand therapist, une spécialiste des troubles de la main. La chef du service des membres supérieurs à la BMI Healthcare affirme qu’il n’y a aucune crainte à avoir : nos enfants ne naîtront pas avec des pouces géants et des doigts complètement déformés ! Selon la praticienne : « La reconnaissance vocale est de plus en plus sophistiquée, et va très probablement nous sauver de ces changements génétiques au long terme. » Siri et tous ses enfants illégitimes seraient donc les gardiens de nos doigts ?

« C’est devenu la nouvelle norme que les smartphones deviennent une extension de nous-mêmes. » Nina Bibby, directrice Marketing O2

L’étude Mobile Life Report a été lancée dans le cadre de la campagne #newnormal ? de O2. Menée auprès de 2000 Britanniques, elle a permis à l’opérateur téléphonique de mieux cerner les différentes relations que pouvaient nouer leurs clients avec leurs smartphones. Une nécessité à l’heure où ces gadgets de plus en plus pointus et coûteux -coucou l’iPhone X !! – encombrent les poches et les sacs à main de 43 millions sujets de la Reine.


J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé.

— Voltaire