— krumanop / Shutterstock.com

Animaux intelligents capables d’accomplir une multitude de tâches, incluant la résolution de puzzles, les porcs sont également capables de jouer aux jeux vidéo, selon une nouvelle étude américaine.

Porcs « gamers »

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Frontiers in Psychology, des chercheurs de l’université Purdue, aux États-Unis, ont utilisé des friandises afin d’apprendre à quatre porcs à manipuler un joystick avec leur museau tout en regardant un écran d’ordinateur. Le quatuor a ensuite eu l’occasion d’exercer ses talents sur un jeu vidéo dans lequel le curseur devait être déplacé pour entrer en collision avec l’un des quatre murs présents à l’écran, ce qui se traduisait par un son caractéristique et l’obtention d’une friandise. Plus l’animal avait de succès, moins il y avait de murs dans le jeu.

« Il est possible que les porcs soient capables d’apprendre, de comprendre et de réagir à davantage de choses que ce que nous avions envisagé auparavant », a estimé Candace Croney, co-auteure de l’étude.

L’équipe a analysé les 50 derniers essais de chaque animal sur les scénarios à trois, deux et un mur, en déterminant la fréquence à laquelle le porc touchait un mur cible lors du premier mouvement de joystick. Il s’est avéré que Hamlet et Omelette, des porcs mâles de trois mois du Yorkshire, avaient réalisé des performances nettement supérieures au hasard dans les scénarios à un ou deux murs, mais pas dans celui où trois structures étaient présentes à l’écran.

Après 12 semaines d’entraînement, Hamlet et Omelette étaient devenus trop grands pour pouvoir compléter les séances dans des conditions satisfaisantes, et ont été remplacés par Ebony et Ivory, deux cochons nains Panepinto mâles de deux ans, qui ont été testés pendant 15 mois. Si les deux nouveaux « joueurs » ont fait mieux que le hasard dans les scénarios à trois ou un mur, seul Ivory a obtenu de tels résultats dans celui impliquant deux structures.

Une flexibilité comportementale et cognitive impressionnante

« Le fait que les porcs aient atteint un tel niveau de réussite pour une tâche qui était nettement en dehors de leur cadre de référence normal est en soi remarquable et témoigne de leur flexibilité comportementale et cognitive », ont écrit les chercheurs, soulignant que les encouragements semblaient aussi importants que les friandises, sinon plus, pour inciter les animaux à continuer.

Si les cochons n’ont pas obtenu d’aussi bons résultats que les primates non humains, tels que les singes rhésus, l’équipe estime que cela pourrait être dû à des différences dans la capacité à saisir le concept du jeu, ainsi qu’à d’autres facteurs, notamment une tendance élevée à anticiper, une dextérité limitée, et le fait de devoir fixer l’écran tout en déplaçant le joystick avec le museau.

D’après les scientifiques, l’utilisation d’écrans tactiles, plutôt que de joysticks, pourrait s’avérer utile pour sonder davantage les capacités cognitives des porcs.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de