Loic Salan / Shutterstock.com

Suite à la découverte d’une pollution au plomb, le chantier de reconstruction de Notre-Dame est interrompu. Près de 4 mois après le drame, cette nouvelle inquiète car des particules de plomb ont été dispersées dans la capitale. Un confinement total du site est demandé afin d’isoler la source de cette pollution.

Le chantier de la cathédrale Notre-Dame est au cœur d’une affaire qui inquiète les riverains. Une partie du site est polluée au plomb et des poussières de particules se sont répandues dans la capitale. En prévention, des établissements accueillant des centres aérés ont été fermés mais certains veulent aller plus loin. Le 1er août, un collectif de syndicats CGT et d’associations a réclamé le confinement total de la cathédrale. Ce confinement permettrait entre autres d’isoler le plomb en vue d’une future dépollution.

Benoit Martin de l’Union départementale CGT de Paris a expliqué à la presse les raisons de cette demande. D’après le collectif, le confinement de l’édifice est nécessaire pour protéger les personnes qui travaillent sur place « pour tous travaux impliquant les risques cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) » comme le stipule le code du travail. Le confinement consisterait en l’entourage de l’édifice par un revêtement plastique thermo-soudé.

Une fois isolée, la pression à l’intérieur du bâtiment est modifiée pour être légèrement inférieure à la pression atmosphérique. En faisant cela, on empêche le poussière de plomb de s’envoler, limitant les risques pour les habitants et les touristes. Le préfet d’Ile-de-France a décidé de stopper le chantier quelques jours reconnaissant l’ampleur du problème. Il a également signalé que « les installations de décontamination » pour les personnes travaillant sur le chantier étaient « sous-dimensionnées ». Cela doit être corrigé pendant cette période mais on ignore encore si le confinement aura bien lieu.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de