Selon un récent rapport publié par la coalition mondiale d’ONG Break Free From Plastics, les déchets plastiques qui polluent la planète proviennent majoritairement d’un nombre restreint de multinationales, parmi lesquelles figurent notamment Coca-Cola, Nestlé et PepsiCo.

Coca-Cola s’adjuge une nouvelle fois la première place

Rassemblant près de 1 500 ONG, dont Greenpeace, Break Free From Plastics a une nouvelle fois reproché à une poignée de multinationales de se dédouaner de la responsabilité du nettoyage des déchets plastiques générés par leur activité. À l’occasion d’une journée d’action coordonnée dans 51 pays, des volontaires ont récupéré près de 500 000 déchets plastiques, dont la provenance était identifiable dans 43 % des cas. Avec 11 732 déchets plastiques collectés sur quatre continents et 37 pays, Coca-Cola figure au premier rang des multinationales les plus polluantes pour la seconde année consécutive.

Dans ce top 10 des principaux producteurs de déchets plastiques, on retrouve également Nestlé (4 846 déchets), PepsiCo (3 362), Unilever (3 328), Procter & Gamble (1 160), Philip Morris (2 239), Mars, Colgate-Palmolive, Perfetti Van Melle et Mondelez International. Comme l’explique le rapport de Break Free From Plastics : « Les véritables responsables du gros de la pollution plastique en Asie sont les multinationales dont les sièges se trouvent en Europe et aux États-Unis. » Un triste constat auquel n’ont pas manqué de réagir les sociétés concernées.

— PaulSat / Shutterstock.com

Une situation « inacceptable » pour les ONG

Nestlé a notamment annoncé qu’elle travaillait sur des solutions visant à rendre de tels rapports obsolètes, estimant qu’une telle quantité de déchets plastiques était inacceptable et qu’elle travaillait activement afin que ses emballages soient recyclables ou réutilisables à l’horizon 2025. Même son de cloche chez les géants de la boisson Coca-Cola et PepsiCo, s’étant récemment retirés de l’organisation américaine de l’industrie du plastique, qui entendent également rendre les contenants qu’ils utilisent recyclables, réutilisables ou compostables d’ici 2025.

De belles paroles loin de convaincre Break Free From Plastics qui, bien qu’elle admette que ces multinationales reconnaissent leur responsabilité majeure dans la propagation de la pollution plastique, estime que ces dernières « s’acharnent à promouvoir de fausses solutions pour répondre au problème » et que cette situation est « inacceptable ». « Les entreprises continuent de tirer profit de l’abondante production de plastique à usage unique tandis que partout dans le monde, les collectivités sont obligées d’en supporter le fardeau », précise la coalition internationale d’ONG.

Selon les chiffres publiés par Break Free From Plastics, à peine 9 % de la totalité des matières plastiques produites depuis les années 50 ont effectivement été recyclées.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de