- Vadim Sadovski / Shutterstock.com

Pluton, qui appartenait jadis au Système solaire, est actuellement considérée comme étant une planète naine. Cela découle d’une décision prise il y a de cela 13 ans. Pourtant, le 23 août dernier, Jim Bridenstine, le numéro un de la NASA, a expliqué que Pluton était bien une planète selon lui. Explications.

Une affirmation… sans argument scientifique

Jim Bridenstine est donc le numéro un de la NASA, lui qui a été placé à son poste par le président Donald Trump. Pour rappel, le 24 août 2006, l’Union astronomique internationale avait revu sa considération de Pluton, rétrogradée au statut de planète naine. Pour l’administrateur de la NASA, cette décision n’est pas justifiable. Comme il l’explique à nos confrères de Science Alert, “à mon avis, Pluton est une planète”.

Il raconte alors que c’est ce qu’il a “appris”, et qu’il en est “convaincu”. Ainsi, on peut s’étonner de cette déclaration du numéro un de la NASA qui va à l’encontre d’une décision votée par l’Union astronomique internationale il y a 13 ans. À l’époque, le principal argument de cette déclassification était que la planète n’avait pas assez de force gravitationnelle afin de repousser ou d’agglomérer les corps qui l’entouraient. Tout cela était alors en accord avec la nouvelle définition des planètes mais également celle des planètes naines, qui a été adoptée en 2006 par le même organisme.

Auparavant, aucune définition officielle de ces éléments n’existait. Puis au cours des années 2000, un scientifique a découvert un corps qui était encore plus massif que Pluton, ce qui a induit le besoin de créer une classification avec l’introduction des planètes naines. Pluton en a été la grande perdante.

Pluton

Un sujet plus que sensible pour la communauté scientifique

Il existe encore de nombreux défenseurs de Pluton. Ainsi, la déclaration du numéro un de la NASA est un incroyable coup de pouce pour leur combat jusqu’alors en marge. Cependant, nous pouvons remonter en 2006, quand la décision de faire passer Pluton pour une planète naine a été adoptée. À cette époque-là, de nombreux défenseurs s’étaient alors insurgés, et avait même lancé une pétition qui avait rassemblé plusieurs centaines de chercheurs en planétologie. 

Également à l’époque, parmi les 9000 membres de l’UAI, seuls 424 d’entre eux étaient présents et ont voté en faveur de cette décision contestée. Puis, concernant l’argument de la force gravitationnelle que Pluton n’a pas en assez grande quantité pour repousser les corps, ou les attirer, ils prennent l’exemple de Jupiter ou même de la Terre. Selon eux, ce sont des planètes qui sont entourées de corps, qu’elles n’arrivent pourtant pas à repousser ni à agglomérer. 

Ce débat est constamment relancé par de nouvelles théories qui viennent étayer la thèse de Pluton comme une planète à part entière. Selon ses détracteurs, le fait qu’elle possède sa propre atmosphère avec plusieurs couches, plusieurs composés organiques, plusieurs lunes ou encore un climat propre, fait d’elle une planète à part entière. Selon Francis Rocard, le responsable des programmes d’exploration du Système solaire au Centre national d’études spatiales (CNES), le sujet est “hypersensible” aux États-Unis. D’ailleurs, comme le rapportent nos confrères de L’Est-eclair, “Pluton est la seule “planète” du Système solaire découverte par un Américain”…

Représentation du Système solaire et sa galaxie

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Carloman Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Carloman
Invité
Carloman

On peut en discuter comme on veut, ergoter des années encore, ça a été une décision prise en connaissance de cause. Maintenant, si sur 9000 représentants il n’y en a que 424 qui ont voté contre le maintien de Pluton dans le système planétaire, on peut s’étonner que ceux qui… Lire la suite »