“Plastic Odyssey” : des Français vont transformer des déchets plastiques en carburant pour bateau

« Plastic Odyssey » veut faire du plastique qui pollue nos océans, un carburant pour bateau ! Oui, vous avez bien lu. C’est le pari audacieux de cette équipe qui se prépare déjà à faire le tour du monde en 2020 pour démontrer tout le potentiel de ces déchets. Une idée originale et osée pour une aventure qu’on est pas prêts de rater ! 

Un bateau qui carbure aux déchets plastiques !

Comment ça marche un bateau qui carbure au plastique ? Comme l’équipe l’expliquait dans Le Monde, « nous broyons les plastiques pour les réduire en paillettes de 5 mm environ. Les plastiques sont ensuite chauffés à 420 °C dans une première cuve qui va casser les molécules et permettre leur évaporation ». Puis vient la distillation.

Avec environ 4 à 5 kg de déchets de plastiques traités par heure, leur prototype de pyrolyseur permet d’obtenir 3 litres de carburant.

Il faut savoir que ce système existe déjà dans l’industrie dans certains pays mais l’équipe veut révolutionner son utilisation.« Au lieu d’avoir une usine de plusieurs hectares, notre pyrolyseur fera la taille d’un conteneur maritime transportable. Et au lieu de 1 million d’euros, il en faudra une dizaine de milliers pour l’acheter », explique Bob Vrignaud.

 

Une équipe motivée et motivante 

Au cœur de « Plastic Odyssey », c’est une fine équipe qui se dévoile. Scientifiques, comités de soutien, bénévoles et explorateurs ont travaillé main dans la main pour aboutir à un tel projet. Les jeunes explorateurs, Simon Bernard, Alexandre Dechelotte, Benjamin de Molliens et Bob Vrignaud, sont à l’origine de ce projet d’envergure.

La construction du premier bateau de l’équipe, le bateau « démonstrateur », a débuté en mars 2018 et en juin dernier, après de long mois de travail, il était enfin mis à l’eau pour une tournée promotionnelle de plusieurs mois. Car oui, le navire mis à l’eau il y a quelques mois n’est que la première étape d’une aventure qui promet de belles choses.

Cette tournée de promotion va permettre de tester grandeur nature les technologies mises en oeuvre sur le bateau, de faire la promotion de leur invention, mais également d’attirer les sponsors pour financer la suite d’un projet qui promet de belles choses.

 

« Plastic Odyssey » : une aventure autour du monde

« Plastic Odyssey », ce n’est pas seulement une équipe engagée et un bateau incroyable, c’est une aventure ! Une aventure aux quatre coins de la planète pendant 3 ans. Mais pour cela, l’équipe d’explorateurs ne se contentera plus de leur bateau démonstrateur mais bel et bien d’un catamaran de 25 mètres, pièce finale pour une odyssée épique. Le bateau partira dès 2020 sur les eaux, le long des côtes d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie-Pacifique.

Au total, le navire devrait réaliser 33 escales principales pour un voyage qui devrait s’étendre sur plus de 74 000 kilomètres (ou 40 000 miles nautiques). Pour assurer une totale autonomie au navire, « les déchets seront ramassés à terre lors de chaque escale puis triés à bord. Le plastique non-recyclable sera converti en carburant pour alimenter les moteurs du navire » précisent-ils sur leur site internet.

Cette expédition a pour objectif de « démontrer la valeur des déchets plastiques en les utilisant directement comme ressource » aussi bien comme carburant que pour fabriquer de nouveaux objets, expliquent-ils sur leur site. Un autre objectif essentiel est « de mieux comprendre l’impact de la pollution plastique chez les populations locales et définir ensemble des solutions potentielles ».

Enfin, le projet vise également à développer et expérimenter de nouvelles technologies aussi bien en mer que sur terre, voire tout simplement démocratiser leur utilisation en les rendant plus abordables, autrement dit des solutions de recyclage dites low-tech. Une mission autour du monde qui, vous l’aurez compris, en plus de sensibiliser le monde aux enjeux écologiques actuels, compte bien « amorcer la transition », comme Alexandre Dechelotte, cofondateur de Plastic Odyssey, l’expliquait au journal Le Monde.

De plus, comme l’explique Simon Bernard, « Toutes nos machines seront en open source, c’est-à-dire que n’importe qui pourra nous copier. Nous voulons démontrer que ce modèle est économiquement viable. A terme, je suis convaincu que ce sera la norme. Notre économie va progressivement basculer d’un modèle basé sur la concurrence et la compétitivité vers un autre, basé sur la coopération. » Une belle vision de notre avenir !

« Plastic Odyssey » est plus qu’une idée brillante, c’est un premier pas vers une véritable société durable et respectueuse de l’environnement. Si vous aussi vous avez été inspiré par ce projet, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à leur site internet et pourquoi pas contribuer à votre échelle à faire bouger les choses.


L’âme a des illusions comme l’oiseau a des ailes ; c’est ce qui la soutient.

— Victor Hugo