En 2017, des chercheurs biologistes accompagnés de leurs étudiants ont fait une découverte étonnante et par hasard dans un parc de l’Ontario : les plantes carnivores Sarracénie pourpres ne se contenteraient pas de manger des insectes et araignées. En effet, ils ont découvert qu’elles se nourrissaient également de salamandres…

La Sarracénie pourpre, une plante carnivore, ne dévorerait pas que des insectes et araignées. En effet, l’équipe de biologistes qui ont publié leur étude dans la revue Ecology, ont découvert dans ce parc au Canada que la plante carnivore dévorait aussi des amphibiens, notamment des salamandres. Mais comment s’en sont-ils rendu compte ?

En 2017, le chercheur Teskey Baldwin découvre par hasard, au cours d’une étude au parc Algonquin, une salamandre emprisonnée dans la plante carnivore.

Ainsi, 20 % des plantes carnivores du parc contenaient des jeunes salamandres qui pouvaient mesurer jusqu’à cinq centimètres, et certaines en avaient même plusieurs. Il semblerait donc que ce soit un cas répandu dans cet endroit, puisque d’après les calculs des chercheurs, environ 5 % des jeunes salamandres sont englouties par les plantes.

Une fois capté et piégé dans le tube de la Sarracénie pourpre, l’animal peut agoniser jusqu’à 19 jours… Mais pourquoi les amphibiens se dirigent-ils vers les plantes ? Les biologistes n’en sont pas sûrs, mais émettent deux hypothèses plausibles : les amphibiens pourraient échapper à des prédateurs et tomber accidentellement dans le piège. Ou alors, ils sont attirés par les proies (les insectes) capturées par les plantes, mais sont malencontreusement avalés à leur tour.

C’est un cas totalement inédit, puisque c’est la première fois qu’un tel fait est rapporté sur cette espèce de plante carnivore.

La nature n’a pas fini de nous surprendre !

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de