Un véritable trésor paléontologique vient d’être dévoilé près de Lyon

Des dinosaures ont vécu près de Lyon ! C’est en tout cas ce qu’ont constaté des paléontologues suite à une incroyable découverte. Une piste de dinosaure vieille de 150 millions d’années a été mise au jour à Plagne, et elle n’a pas fini de révéler ses mystères.

EN QUOI CETTE PISTE EST-ELLE EXCEPTIONNELLE ?

La découverte de la piste ne date pas d’hier. C’est en 2009 que deux membres de la Société des naturalistes d’Oyonnax, Marie-Hélène Marcaud et Patrice Landry, sont tombés par hasard sur des empreintes de sauropodes lors d’une exploration. Suite à cette trouvaille inattendue, les chercheurs du Laboratoire de Géologie de Lyon se sont penchés sur cette piste pour l’étudier en détail. Ils ont constaté que la piste, en plus de contenir des empreintes, est très rare.

Cette piste se trouve en effet sur un territoire de près de 3 hectares où d’autres traces et pistes ont été découvertes. Quant à celles identifiées il y a 8 ans, elles appartiennent à une piste longue de 155 mètres sur laquelle ont été observés 110 pas successifs. Des détails qui font de la piste de Plagne la plus longue du monde laissée par des sauropodes et qui ont permis d’en apprendre plus sur l’environnement de l’époque.

QU’ONT APPRIS LES CHERCHEURS ?

A travers l’analyse de la piste, les chercheurs ont découvert que lorsque les traces ont été laissées, le secteur était recouvert par une mer chaude et peu profonde. Selon leurs analyses, il y avait également des petites îles dont la végétation importante servait de garde-manger pour les sauropodes.

La hauteur des eaux changeantes a permis aux dinosaures de se rendre sur ces îles, la mer laissant sur son passage un sol calcaire. Calcaire dans lequel les dinosaures ont laissé des traces circulaires délimitées par des bandeaux de sédiments et mesurant de 94 à 103 cm.

UN NOUVEAU DINOSAURE DÉCOUVERT GRACE À CETTE PISTE ?

Si les traces ont permis de mieux comprendre l’environnement qu’ont côtoyé les dinosaures, des chercheurs ont voulu identifier les auteurs de ces traces. L’espèce est connue depuis la découverte de la piste en 2009 mais de nouveaux détails ont pu être révélés. Après analyse, les spécialistes estiment que l’animal mesurait au moins 35 mètres de long et pesait 35 à 40 tonnes. Sa vitesse moyenne était de 4 km/h et il était capable d’effectuer des enjambées de 2,80 mètres.

Ces caractéristiques n’appartenant à aucun sauropode connu, c’est donc une nouvelle espèce qui a réalisé les traces : Brontopodus plagnensis, elle a été décrite dans la revue Geobios. Ce nouveau dinosaure incarne lui aussi une découverte majeure et au vu des 3 hectares de pistes laissées, les chercheurs ont encore beaucoup de travail et de trouvailles à réaliser.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux