L’État veut légaliser des pièges atroces pour les oiseaux, déjà au bord de l’extinction en France

Alors que les oiseaux sont plus que jamais des espèces protégées partout en Europe et surtout en France, une nouvelle loi du gouvernement risque bien de mettre encore plus en danger les espèces qui sont déjà en grand danger en légalisant des techniques de chasses cruelles. Nous vous en disons plus.

LA CHASSE “CULTURELLE” DES OISEAUX

Dirigé par Nicolas Hulot, célèbre défenseur de la faune et de la flore, le Ministère de la transition écologique et solidaire vient pourtant de proposer au vote de l’Assemblée une loi qui risque de mettre en grand danger les oiseaux européens, dont certaines espèces qui sont déjà menacées voire en danger d’extinction. Cette proposition de loi va légaliser des techniques de chasses déjà utilisées par des braconniers. Parmi elles, on compte la chasse à la glu qui consiste à enduire de colle des bouts de bois dissimulés qui vont ainsi piéger des oiseaux qui finiront par servir d’appât pour la chasse d’oiseaux plus gros comme par exemple des rapaces. Cette technique est particulièrement dangereuse car elle ne permet pas de sélectionner les oiseaux piégés et ainsi des espèces menacées, comme les grives ou les merles noirs, se retrouvent coincées, incapables de s’enfuir puis finissent régulièrement blessés ou tuées.

Outre la chasse à la glu, on compte d’autre pièges comme la chasse aux pantes, à la matole et la chasse tenderie au brancher qui se trouve être d’une barbarie sans égale car avec ce procédé les oiseaux meurent étranglés en essayant de s’échapper. Ces méthodes de chasses vont donc être légalisées très prochainement par le gouvernement français avec l’aspect “culturel” et “traditionnel” comme couverture. Une décision alarmante étant donné les résultats des différentes études dont celle publiée dans la revue Ecology Letters qui a montré que l’Europe a perdu en seulement 30 ans 400 millions d’oiseaux sur son territoire.

LES ASSOCIATIONS TIRENT LA SONNETTE D’ALARME

Face à cela, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) s’insurge. En plus de leurs prédateurs naturels, les oiseaux souffrent en plus de l’invasion humaine qui détruit leur environnement et les chasse. L’excuse de l’aspect traditionnel de la chasse aux oiseaux ne fonctionne pas selon eux car cela fait des années que ces oiseaux ne sont plus chassés pour servir de nourriture, de plus, nous vivons dans une période d’abondance au niveau des denrées alimentaires qui ne justifie pas d’attaquer des espèces en danger.

L’association appelle donc la population française à agir pour faire invalider cette loi car elle permettrait des abus qui, s’ils sont aujourd’hui illégaux, pourraient bien se multiplier. Nous pouvons ajouter que le gouvernement prévoir de fixer le quota de chasse des alouettes à 370 000 oiseaux, ce qui est le double des chasses de l’espèce déjà réalisées. Le contrôle des pièges est difficilement réalisé par les forces de l’ordre qui se trouvent être parfois laxistes face aux arguments des braconniers mais également face à la violence de certains dont le président de l’association a dû faire face en 2015 alors qu’il cherchait à sauver la vie de ces habitants des airs. “Lorsque la police de la nature arrive sur place, si jamais elle arrive, il est souvent trop tard. Et quand bien même, lorsqu’un pinson ou un chardonneret est pris et que le garde arrive, le piégeur a beau jeu de dire qu’il allait le relâcher.” font-ils d’ailleurs remarquer.

On serait en droit de questionner sur le réel pouvoir de Nicolas Hulot qui, malgré ses désirs écolos ne parvient pas à faire peser sa voix et à s’imposer face à la majorité. En attendant, les textes de cette loi sont disponibles à la consultation avant le vote et la LPO invite les français à réagir face à cette nouvelle menace écologique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux