tableau de Picasso
© Gandalf’s Gallery / Flickr

En 1900, Pablo Picasso a peint le tableau Le Moulin de la Galette. En bas de l’oeuvre, vers le milieu, vous pouvez apercevoir une masse brune étrange. D’après des spécialistes, il s’agit en réalité d’un petit chien portant un noeud rouge. Explications.

« Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir qu’il y a ce fantôme persistant du chien », a déclaré Julie Barten, restauratrice principale de peintures au musée Guggenheim de New York« Il y a de la peinture rouge qui transparaît. Dans certaines zones, si vous regardez de très près, vous pouvez voir les yeux et les oreilles. Et vous voyez qu’en le dissimulant, il a en fait laissé le contour du sommet de la tête encore visible. »

Si aujourd’hui nous ne voyons que le contour sombre du chien, des spécialistes ont utilisé l’imagerie pour se rapprocher de ce à quoi aurait pu ressembler le petit animal avant de devenir une masse marron et noire. « La fluorescence des rayons X à balayage cartographie la distribution des éléments contenus dans la peinture, y compris les pigments inorganiques », a expliqué Julie Barten. « L’image du chien est une visualisation en fausses couleurs qui a été générée en cartographiant la distribution des pigments rouge vermillon, blanc de zinc et ocres contenant du fer. »

Comme vous pouvez le voir ci-dessous sur l’image obtenue grâce à la numérisation, ce chien semble être un épagneul cavalier King Charles portant un petit arc rouge autour du cou. « C’était intéressant pour moi qu’il ait peint à la hâte sur ce chien, ce qui aurait été un aspect plutôt convaincant de la composition », a précisé la restauratrice.

tableau de Picasso
© 2023 Estate of Pablo Picasso / Artists Rights Society

Pour certains experts, Pablo Picasso a décidé d’enlever le chien parce qu’il était trop distrayant. « En éliminant le chien, Picasso concentre davantage l’attention sur les personnages et l’espace », a détaillé Megan Fontanella, commissaire de l’exposition Guggenheim. « On peut maintenant observer à quel point l’acte de regarder se déploie dans Le Moulin de la Galette, avec des clients de la salle de danse qui jettent leurs regards dans différentes directions. »

Tom Williams, historien de l’art à l’université Belmont de Nashville, précise à son tour : « Retirer le chien était la bonne décision. Il est difficile d’imaginer ce tableau particulier avec un chien au premier plan. Je ne suis pas sûr qu’un chien, et en particulier un chien de compagnie, ait un sens dans l’atmosphère sombre, mal à l’aise et chargée d’érotisme que Picasso a si brillamment évoquée dans cette image. »

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments