Bravo à cette enfant harcelée pour sa passion des insectes qui a publié son 1er article scientifique

Victime de harcèlement scolaire, une petite fille de 8 ans a trouvé le soutien inattendu des réseaux sociaux. Sophia Spencer, moquée à cause de sa passion des insectes, a en effet publié un article scientifique grâce à l’étonnant soutien des internautes…

 

Un harcèlement provoqué par sa passion

Sophia Spencer, une jeune fille de 8 ans, voue une passion incommensurable aux insectes. Depuis son plus jeune âge, elle explore le monde incroyable de ces petites bêtes et les analyse sous toutes les coutures. Le problème d’une passion si atypique, c’est que les autres enfants ne la comprennent peut-être pas. Un jour, alors qu’elle apporte un insecte pour un exposé, ses camarades l’écrasent par terre. Difficile scolarité pour cette passionnée d’insectes…

« Je me demandais si un entomologiste professionnel pouvait […] lui expliquer qu’elle pourrait transformer sa passion en métier »

 

La mère de Sophia Spencer

Alors que le harcèlement grandissait, sa mère, Nicole, s’inquiétait pour sa fille. C’est pour cela qu’elle a écrit à la Société d’Entomologie du Canada, en charge de l’étude des insectes, pour y trouver de l’aide. Nicole affirme donc : « Elle est souvent harcelée par ses camarades de classe, notamment parce qu’elle montre fièrement son ami insecte juché sur son épaule ». Elle demande donc de l’aide au personnel de la SEC. Non pas pour stopper le harcèlement, mais pour conforter Sophia dans sa passion : « Je me demandais si un entomologiste professionnel pouvait lui parler au téléphone pour l’encourager, et pour lui expliquer qu’elle pourrait transformer sa passion en métier ».

Un message dévoilé au monde entier

Devant la requête, la Société d’Entomologie du Canada a décidé de la relayer sur Twitter en lançant le hashtag #BugsR4Girls – « les insectes, c’est pour les filles » – et de mettre tous les volontaires en relation avec la mère et sa fille. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les réponses ont afflué !

La petite fille s’est vue offrir de nombreux cadeaux : on lui a proposé de visiter des laboratoires, de lui donner des livres, de lui procurer du matériel scientifique pour étudier les insectes… Mais la mobilisation des internautes a donné une idée tout à fait positive au scientifique responsable de la propagation, Morgan Jackson.

Une étude scientifique co-écrite avec Sophia

Morgan Jackson a donc décidé d’écrire une véritable étude scientifique ! Devant la mobilisation étonnante des twittos, l’entomologiste a en effet voulu livrer un papier qui a pour fondement l’influence positive de la communauté scientifique sur la société. L’étude, visible dans les Annales de la Société d’Entomologie du Canada, montre en détail la perception du public sur l’entomologie, mais aussi comment les réseaux sociaux aident à populariser la science. Pour co-auteure, Morgan Jackson a bien évidemment choisi Sophia, qui voit son nom affiché tout en haut de l’étude.

Sophia Spencer a écrit dans l’étude : « Ça m’a fait du bien de voir autant de gens m’apporter leur soutien […] Je veux vraiment, vraiment, vraiment étudier les insectes quand je serais plus grande. Et si quelqu’un dit que les insectes ne sont pas pour les filles, je serai très en colère ». Comme quoi, les réseaux sociaux, s’ils sont souvent cités comme des instruments néfastes, révèlent parfois le bien qui sommeille en chacun de nous.


Seuls 50% des 1,8 million d’enfants atteints du VIH/Sida ont accès au traitement dont ils ont besoin.

— @UNICEF_france