Image d’illustration ― Henner Damke / Shutterstock.com

Connus pour répéter tout ce qu’ils entendent, les perroquets peuvent donner des problèmes à leurs propriétaires ! C’est le cas d’un parc britannique qui n’a pas eu d’autre choix que de les retirer des yeux du public. En effet, les volatiles insultaient les visiteurs.

Des perroquets très bavards

La dernière adoption du Lincolnshire Wildlife Park n’est pas une totale réussite. Désormais propriétaire de cinq perroquets de l’espèce gris du Gabon, le parc a vite découvert que les volatiles ont une particularité très difficile à gérer. Originaires du centre-ouest de l’Afrique, ils ont un plumage présentant différentes nuances de gris et une capacité à reproduire fidèlement les paroles et les sons qui les entourent.

Avant de les présenter au public, le parc les a placés en quarantaine, ce qui a permis aux volatiles de s’amuser ensemble… au grand dam des soigneurs ! Les perroquets se sont entraînés ensemble à prononcer des grossièretés, ce qui a amusé le personnel du parc.

« Depuis 25 ans, nous avons toujours recueilli des perroquets qui avaient parfois un langage grossier et nous nous y sommes vraiment habitués. De temps en temps, vous en avez un qui jure et c’est toujours drôle. Nous trouvons toujours ça très drôle quand ils nous insultent », indique Steve Nichols, le directeur général du parc au LincolnshireLive.

Le parc a pris une grande décision

Il s’avère que rire aux insultes des perroquets est un comportement à éviter ! Le directeur indique : « Plus ils jurent, plus cela fait rire, ce qui les encourage à continuer. » Et ça n’a pas raté ! Une fois exposée au public, cette espèce très intelligente n’a pas tardé à insulter les visiteurs.

Steve Nichols raconte leur première journée devant le public : « Littéralement dans les vingt minutes après avoir été introduits, on nous a dit qu’ils avaient insulté un visiteur. Pour le groupe suivant, toutes sortes d’obscénités ont jailli. Nous avons trouvé ça très amusant et les visiteurs n’étaient pas gênés – Il n’y avait aucun problème. »

Malgré tout, le personnel du parc a décidé de les retirer des yeux du public, étant donné que le week-end approchait et que de nombreux enfants seraient présents. Le directeur évoque ses espoirs à la BBC : « J’espère qu’ils vont apprendre des mots différents au sein des colonies. Mais s’ils enseignent aux autres leur langage grossier et que je termine avec 250 oiseaux qui jurent, je ne sais pas ce que nous allons faire ! »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de