— Ron Ramtang / Shutterstock.com

Les perles font partie des éléments de joaillerie pouvant coûter le plus cher. Bien évidemment, la forme d’une perle compte énormément dans l’attribution de sa valeur. Plus cette forme est précise et symétrique, mieux c’est. Mais comment se fait-il que les perles abordent une si parfaite symétrie ? En voici l’explication.

Comment les perles sont généralement produites

Avant de savoir comment les perles obtiennent leur incroyable symétrie, il faut d’abord savoir comment certains mollusques produisent des perles. Le processus de fabrication des perles est un exemple étonnant de la diversité et de l’ingéniosité de la nature. Premièrement, il est important de comprendre que tous les mollusques ne sont pas capables de produire des perles. En fait, seulement un mollusque sur 100 000 produit des perles. En revanche, la plupart des huîtres – notamment les huîtres perlières – produisent des perles, que cela soit les huîtres marines ou les huîtres d’eau douce.

Quant à savoir pourquoi ces mollusques produisent des perles, c’est tout simplement un phénomène naturel qui se produit quand un irritant – comme de la nourriture, un grain de sable, une bactérie ou même un morceau de la coquille du mollusque – est piégé dans le mollusque. Afin de se protéger, le mollusque sécrète de l’aragonite (un minéral) et de la conchyoline (une protéine), qui sont les mêmes substances qu’il sécrète pour former sa coquille. Le composé formé par ces deux substances est appelé de la nacre. C’est la nacre qui se dépose ainsi autour de l’irritant. Au fil du temps, l’accumulation de nacre autour de l’irritant finit par former une ou plusieurs perles.

Un phénomène qui suit un modèle mathématique

En ce qui concerne l’étonnante symétrique généralement observée pour les perles, une récente étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences a expliqué que cela est dû à un processus de stratification complexe qui suit des règles mathématiques couramment observées dans la nature. En fait, lorsque la nacre est déposée autour d’un débris, elle tourne autour d’un axe, suivant ainsi un principe appelé solide de révolution. Pour maintenir cette symétrie, les mollusques ajustent l’épaisseur de chaque couche de nacre.

Autrement dit, si une couche de nacre est plus épaisse, la suivante aura tendance à être plus fine, et vice versa. Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont étudié les perles Akoya Keshi, qui sont produites par les huîtres Pinctada imbricata fucata près du littoral oriental de l’Australie. Ils ont sélectionné ces perles car elles se forment naturellement, contrairement aux perles de culture, qui ont un centre artificiel. Chaque perle a été coupée avec une scie à fil diamanté en sections mesurant entre 3 mm et 5 mm de diamètre, puis polie et examinée au microscope électronique.

C’est cela qui a permis de constater que la symétrie de la perle devient plus précise au fur et à mesure qu’elle se forme. « Ces couches minces et lisses de nacre ressemblent un peu à des draps de lit, avec de la matière organique entre les deux. Il y a une interaction entre chaque couche, et nous émettons l’hypothèse que cette interaction est ce qui permet au système de corriger au fur et à mesure », a expliqué Robert Hovden, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Si cette étude permet enfin de savoir pourquoi les perles sont si parfaites, les implications de ces résultats sont encore plus importantes. Selon les chercheurs, le modèle de la fabrication des perles pourrait être appliqué dans d’autres domaines comme la construction de bâtiments, par exemple.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments