Face aux fortes chaleurs, une peinture révolutionnaire va rafraîchir votre maison

Des chercheurs américains ont mis au point un revêtement capable de réfléchir les rayons du soleil et qui par la même occasion, peut réduire la température du mur auquel il est appliqué de 6 degrés par rapport à l’air ambiant.

 

Le polymère poreux

Depuis quelques années maintenant, notre société fait face à un réchauffement climatique de plus en plus contraignant avec une hausse des températures toujours plus importante. Certaines régions atteignant même des records historiques, un peu plus de 40 degrés en Asie, près de 50 degrés autour du Sahara et presque 40 degrés à Paris. Face à ces problèmes, on peut déjà utiliser le blanc, une couleur reconnue pour ses qualités de réfléchissement sur la lumière visible et qui est très répandue dans les régions autour de la Méditerranée. Néanmoins, des chercheurs de l’université de Columbia à New York ont mis au point un revêtement capable de réduire la chaleur d’un intérieur de presque 6 degrés. Le secret de ce revêtement est son composant.

En effet, les chercheurs ont créé un revêtement à base de polymère poreux, un composant aux propriétés efficaces face aux rayons du soleil. Ce dernier ne renvoie pas simplement les rayons solaires, il peut aussi renvoyer les rayons ultraviolets et du proche infrarouge, une chose que la couleur blanche n’est en mesure de réaliser. Cela est possible grâce à une méthode mise en place par les chercheurs qui permet de piéger dans le polymère des bulles d’air. Cette technique permet de faire réfléchir la quasi-totalité des différents rayons solaires. Lors de ce renvoi, les flux de chaleur sont plus importants qu’à l’origine et, c’est à partir de cette réaction que la surface du polymère va se refroidir.

 

Une solution viable malgré quelques interrogations

Spécialiste de simulation thermique dynamique des bâtiments à l’INSA de Lyon, Jean-Jacques Roux a fait part de son enthousiasme face à cette découverte. Selon lui, c’est un « résultat très intéressant » car en plus d’être une solution viable, le revêtement en polymère poreux ne requiert pas de grands coûts et/ou ressources. Aux chercheurs de préciser que le matériau est recyclable, qu’il peut s’appliquer, telle une peinture, à différentes surfaces et est résistant aux intempéries. En ce qui concerne l’économie d’énergie, c’est un gain possible de 20 % qui est envisagé, une solution presque miracle tant son rapport coût-gain est fructueux.

Cependant, il existe quelques interrogations que souligne Jean-Jacques Roux ; premièrement, il s’agirait de voir de quelle(s) façon(s) le polymère poreux se dégrade et le cas échéant, comment le remplacer. Ensuite, on peut se poser la question quant aux périodes de basse température, à la tombée de la nuit, où suivant les régions, l’air peut atteindre des températures très basses tout au long de la saison mais aussi et surtout pendant la période de l’hiver, le risque majeur étant une température trop basse en intérieur en période de froid.

Le revêtement en polymère poreux, fruits des travaux de recherche de l’université Columbia © Youtube / Columbia Engineering

Tokyo est la ville la plus peuplée du monde. En 2016, elle compte plus de 42 millions d’habitants