Cette peau artificielle est le futur de la robotique : elle donne vie à l’inerte

Plusieurs chercheurs de l’Université de Yale ont développé, en partenariat avec la NASA, une peau élastique dotée de capteurs et d’actionneurs qui permet d’animer toutes sortes d’objets inertes. Un dispositif robotique innovant qui pourrait bouleverser notre quotidien et être utilisé dans le domaine spatial.

 

Transformer les objets de votre quotidien en robots

Présenté dans la revue Science Robotics, ce dispositif innovant développé à l’Université de Yale vient s’enrouler autour d’un objet et lui offre la possibilité de détecter son environnement proche et de se mettre en mouvement, grâce à toute une batterie de capteurs et d’actionneurs. Ainsi, il est possible d’animer n’importe quel objet de notre quotidien afin qu’il effectue une tâche donnée, et même de modifier sa fonction en plaçant différemment la peau robotique sur l’objet en question.

Cette peau robotique a été conçue à partir de feuilles élastiques à l’intérieur desquelles sont placés les capteurs et actionneurs pneumatiques imaginés par les chercheurs. Souple et détachable, celle-ci peut être réutilisée à volonté et permet, comme le montre la séquence vidéo ci-dessous, de donner littéralement vie à une petite peluche. Mieux encore, en combinant différentes couches de cette peau, il devient possible de réaliser des mouvements complexes en combinant différentes actions.

 

De nombreuses autres applications envisageables

Une fois les capteurs du dispositif miniaturisés, cette peau high-tech pourra également être placée sur n’importe quel textile et nous alerter lorsque notre posture est mauvaise en produisant par exemple un effet de contraction. Réutilisable et reconfigurable à volonté, ce concept développé en partenariat avec la NASA pourrait également trouver de nombreuses applications dans le domaine de l’exploration spatial.

Comme l’explique Rebecca Kramer-Bottiglio, chercheuse à l’Université de Yale : « Les mêmes peaux utilisées pour fabriquer un bras robotisé à partir d’un morceau de mousse pourraient être réemployées pour créer un rover souple qui peut rouler sur un terrain accidenté sur Mars ». Dans des environnements difficiles et imprévisibles, ce dispositif multifonctions pourrait en effet se révéler un allié de poids en limitant le nombre de robots, par ailleurs très coûteux, à utiliser pour explorer une planète.

Pour l’heure, la NASA n’a pas encore précisé si elle comptait tester cette peau robotique dans le cadre de ses futures missions.

© Youtube

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux