allergie-orgasme
— ViDI Studio / Shutterstock.com

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est possible de développer une allergie à son propre sperme. Un nouveau rapport décrit le cas d’un homme âgé de 27 ans souffrant de graves réactions allergiques post-éjaculation.

Le syndrome de maladie post-orgasmique

Détaillé dans la revue Urology Case Reports, ce cas médical rarissime impliquait des symptômes grippaux (toux, éternuements, nez qui coule, éruptions cutanées et gonflement des ganglions lymphatiques). Peu importe que l’homme se soit masturbé ou ait eu des rapports sexuels, ceux-ci apparaissaient instantanément ou avec un léger délai après chaque éjaculation.

Le patient avait commencé à remarquer les symptômes à l’âge de 18 ans, et les choses n’ont fait qu’empirer, le poussant finalement à s’abstenir de toute activité sexuelle et à ne plus envisager de relations sentimentales. Connue sous le nom de syndrome de maladie post-orgasmique (SMPO), cette affection caractérisée par des symptômes pouvant persister jusqu’à une semaine est considérée comme extrêmement rare.

Bien qu’il n’existe à l’heure actuelle qu’une soixantaine de cas officiellement rapportés, le nombre réel est probablement bien plus élevé. « Cette maladie est largement inconnue du grand public et de bon nombre des prestataires de soins de santé », souligne Andrew Shanholtzer, co-auteur de l’étude. « Il est par conséquent plus que probable qu’elle soit sous-diagnostiquée. »

Sperme
— KateStudio / Shutterstock.com

Sans surprise, le patient avait initialement reçu plusieurs diagnostics erronés. Par conséquent, rien de ce qui lui avait été prescrit (antibiotiques notamment) n’avait permis de soulager ses symptômes, tandis que les échographies, analyses de sperme et de sang n’avaient pas permis d’identifier le SMPO.

Un antihistaminique courant pour le traiter

Selon Shanholtzer, une lésion testiculaire entraînant le passage de spermatozoïdes dans la circulation sanguine serait probablement en cause. « Les cellules de Sertoli, qui entourent le sperme, le maintiennent isolé des cellules immunitaires », explique-t-il. « Lorsqu’elles sont endommagées, il est exposé au système immunitaire pour la première fois et ce dernier l’attaque comme s’il s’agissait d’un virus ou d’une bactérie étrangère. »

Si différents traitements se sont avérés efficaces dans le passé, comme l’injection d’une forme diluée de leur propre sperme et l’augmentation progressive de sa concentration au fil du temps, il fallait des années avant que les symptômes ne s’améliorent de manière significative, et ces traitements s’avéraient coûteux et inconfortables.

Pour ce patient particulier, les chercheurs ont utilisé un antihistaminique connu de fexofénadine, généralement utilisé pour traiter le rhume des foins, ayant rapidement entraîné une amélioration de 90 % des symptômes. La prochaine étape consistera à évaluer précisément la sécurité et l’efficacité du composé pour traiter le SMPO dans une population plus large.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
richard
richard
1 mois

ça doit etre casse couilles ça