Paris s’apprête à accueillir sa toute première rue zéro déchet

La rue de Paradis, dans le 10e arrondissement, va expérimenter la première rue zéro déchet de Paris dans le cadre du Plan Climat. 

 

Plan climat

A partir du mois de décembre, les 6 000 habitants de la rue de Paradis, ainsi que les salariés, commerçants et écoliers, vont devoir réduire leurs déchets de 10 % en un an, soit une baisse de 50 kilos par personne. La rue a été choisie parce qu’elle est « un résumé de ville, avec des logements sociaux, des logements privés, des bureaux, des magasins, des restaurants, des écoles« , explique Alexandra Cordebard, la maire du secteur, au JDD, c’est un territoire de ville très dense, où nous pourrons agir sur différents plans et où l’on retrouve tous les sujets que l’on veut aborder en matière de recyclage et de tri« .

Cette expérience inédite s’inscrit dans le cadre du Plan Climat initié par la mairie de Paris. Le projet veut faire de la capitale une ville neutre en carbone et entièrement convertie aux énergies renouvelables d’ici 2050, notamment en mettant en oeuvre les engagements pris par la France lors de la COP21.

Rue de Paradis, Paris Xe – Crédit : Wikipédia / Milliped

Frigo partagé, formation au tri et composteurs collectifs

Pour parvenir à cet objectif, différents dispositifs, dont des formations au tri et des ateliers zéro déchet délivrés par l’association Zero Waste, seront mis à disposition des riverains. La mairie du 10e arrondissement a notamment annoncé qu’elle y installerait prochainement des composteurs collectifs ainsi qu’un frigo partagé. Les salariés fumeurs, eux, se verront offrir des cendriers de poche tandis que les restaurateurs seront incités à utiliser du matériel recyclable ou réutilisable.

Tous les mois, les occupants de la rue de Paradis seront invités à remplir une grille de pesée de leurs poubelles afin de suivre au mieux l’expérimentation. Rappelons que selon Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers, les Parisiens jettent en moyenne 410 kg de déchets par an.

Crédit : Wikimedia Commons / Lionel Allorge

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux