— crystal light / Shutterstock.com

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont dévoilé un pansement adhésif biodégradable innovant. Permettant de sceller efficacement les plaies intestinales, celui-ci pourrait permettre de se passer des traditionnelles sutures et agrafes.

« Colmater » efficacement les plaies intestinales pour éviter les infections dangereuses

Les écoulements consécutifs à une opération gastro-intestinale peuvent provoquer des infections dangereuses, affectant chaque année des millions de personnes. Les chirurgiens utilisent généralement des points de suture, mais ceux-ci peuvent constituer des barrières imparfaites et entraîner une cicatrisation anormale, avec des bactéries intestinales atteignant les tissus voisins.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Science Translational Medicine, Xuanhe Zhao et ses collègues du MIT ont conçu un dispositif transparent et biodégradable ayant permis d’améliorer et d’accélérer la guérison des plaies intestinales chez les rats et les porcs, sans laisser échapper de bactéries.

Si les pansements cutanés sont courants, les environnements humides intracorporels se révèlent plus difficiles à traiter. Semblable à un sparadrap, avec une face recouverte d’un hydrogel adhésif, le dispositif flexible créé par les chercheurs américains peut être appliqué sur des plaies intestinales de toutes formes et reliefs, et permet également de répartir uniformément la pression autour de celles-ci, ce qui s’avère crucial pour une bonne cicatrisation.

Une combinaison unique

« La magie réside dans le fait que nous avons ici quelque chose qui est conçu pour fonctionner dans ces environnements humides, mais qui possède en même temps ces caractéristiques adaptées aux tissus », souligne Christoph Nabzdyk de la Mayo Clinic de Rochester, qui a participé aux tests du dispositif sur les animaux.

« Si l’utilisation d’hydrogels dans les pansements n’est pas rare, la combinaison d’une surface adhésive humide et d’une couche supérieure sèche, ainsi que sa flexibilité, sont nouvelles », commente Nuria Oliva-Jorge de l’Imperial College de Londres. « Jusqu’à présent, nous utilisions des sutures et des agrafes parce qu’il n’y avait pas de bons adhésifs capables de correspondre aux propriétés de l’intestin. »

Zhao et ses collègues poursuivent actuellement leurs recherches, avec en ligne de mire la mise en place d’essais cliniques. Selon l’équipe, le contrôle de l’inflammation et de la formation du tissu cicatriciel s’avèrera crucial pour montrer que ce pansement peut constituer une alternative sûre aux sutures.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments