1 500 ouvriers chinois réalisent un exploit en construisant un chemin de fer en seulement 9 heures !

Dans la nuit du 19 au 20 janvier, plus de 1 500 ouvriers se sont attelés à la construction d’un chemin de fer dans le sud de la Chine. La construction a commencé à 18h30, heure locale, pour terminer à 3 heures du matin. Une véritable prouesse !

 

Un exploit réalisé par 1 500 ouvriers

En seulement 8h30, un impressionnant nombre de 1 500 ouvriers s’est activé pour construire une toute nouvelle jonction, qui relie trois grandes lignes de chemin de fer du pays. Ils ont pour cela reçu l’aide de 23 grues et de sept trains ! L’ensemble des ouvriers était réparti en 7 groupes, chacun assigné à une tâche (démontage, construction de la signalisation…). Le projet, situé à Longyan, a pour but de relier la ville avec celle de Nanping dans la province de Fujian.

En remplaçant trois lignes existantes (celles de Guanzhou-Longyan, Ganzhou-Ruijin-Longyan et Zhangping-Longchuan) par un seul et même chemin de fer, les ouvriers permettent de drastiquement diminuer le temps de trajet entre les deux villes : il passe ainsi de 7 heures à seulement 1 heure et 30 minutes. L’ensemble de la ligne, conçue pour permettre le passage de trains allant à 200 km/h, devrait être achevé d’ici la fin de l’année. Le nouveau chemin de fer desservira, à terme, les villes les moins développées de la région de Fujian.

 

Quelques inquiétudes

Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. Si, bien évidemment, les internautes chinois sont épatés et se vantent de l’efficacité de leurs ouvriers ( « Nous, les citoyens chinois, sommes des travailleurs hors-pair »), d’autres membres de la sphère Internet semblent plus concernés : « J’espère que cette ligne sera digne de confiance », ou « Vu la vitesse promise, le chemin de fer ne survivra pas un an ».

Selon le média INSH cependant, les lignes de chemin de fer chinoises sont statistiquement deux fois plus sûres que celles du Japon ou de l’Allemagne. Elles le sont également 200 fois plus que les autoroutes américaines. Des données qui, on l’espère, s’avèreront avec le temps.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux