— Chamois huntress / Shutterstock.com

Aux États-Unis, l’averse de grêle survenue dans le Montana a été extrêmement meurtrière pour la faune et la flore sauvage. Il est estimé que 11 000 à 13 000 oiseaux sont morts à cause de l’averse. Une véritable hécatombe pour une nature déjà fragilisée.

Un épisode catastrophique

C’est principalement l’averse de grêle survenue le 11 août dernier, dans une aire protégée du Montana, qui a décimé une grande partie des oiseaux qui vivaient dans la zone. Cela concerne principalement les oiseaux de rivage, qui ont subi de plein fouet une pluie de grêlons particulièrement violente. Selon les témoignages locaux, des grêlons atteignant jusqu’à 5 cm de diamètre, le tout propulsé avec des vents allant jusqu’à 110 km/h, se sont abattus sur les oiseaux.

Ainsi, les habitants de la zone ont trouvé, au petit matin, des dizaines et des dizaines de cadavres non loin de leurs habitations. Les principales espèces touchées sont des pélicans, des cormorans ou encore des canards. Ce terrible bilan est en partie expliqué par le fait qu’ils n’avaient aucun endroit où s’abriter. Que ce soit en vol ou à même le sol, on a retrouvé des spécimens avec des crânes fracassés, des ailes brisées ou des blessures au niveau des organes vitaux.

Un grêlon ne mesurant que 2 cm, bien moins massif que ceux de 5 cm de l’article.

La faune de la zone durement touchée

La semaine passée, les biologistes ont pu évaluer avec précision l’impact de cette pluie de grêlons sur la faune sauvage. Plus de 20 à 30 % des oiseaux qui se situaient autour du lac local ont été tués ou blessés. Parmi les survivants, des blessures sont parfois très handicapantes, et 40 % des pélicans montrent des signes qui nuisent à leur déplacement.

Pire encore, la situation pourrait s’envenimer dans les prochaines semaines. En effet, des spécimens ont été touchés à des organes vitaux, et ne pourront pas survivre plus de quelques jours. Enfin, une autre possibilité est fortement redoutée par les experts, qui estiment qu’une prolifération des maladies infectieuses pourrait très vite arriver, avec les nombreux cadavres qui pourrissent. Par exemple, la zone de gestion de la faune de Big Lake est très humide, ce qui est propice à une telle prolifération. La principale maladie que les scientifiques craignent est le botulisme aviaire. Elle peut entraîner la paralysie et un comportement inhabituel des oiseaux.

Des pélicans

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
GuillaumeArnaud Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Arnaud
Invité
Arnaud

Le grélon en photo fait bien 5 cm, la règle est posé côté inch, 1 inch = 2.54 cm.
Si vous regardez l’autre côté c’est bien des cm

Guillaume
Invité
Guillaume

Le grêlon sur la photo fait 2 pouces et non 2 cm… Il fait quasiment 6 cm en somme