― chrisontour84 / Shutterstock.com

L’Atlantique, le Pacifique, l’océan Indien et l’océan Arctique ne sont désormais plus les seuls océans sur Terre. Mardi 8 juin dernier, à l’occasion de la Journée mondiale des océans, la National Geographic Society, l’organisation scientifique en charge de cartographier le ciel, les terres et les mers depuis 1915, a officiellement reconnu l’océan Austral comme le cinquième de la planète.

Un océan reconnu par les géographes depuis longtemps

La National Geographic Society (NGS) confirme l’existence d’un cinquième océan. Composé du courant rapide entourant l’Antarctique, l’océan Austral avait été reconnu comme un océan par la communauté scientifique depuis longtemps. En effet, il est mentionné dans les atlas du monde depuis plusieurs années, au même titre que les quatre autres océans officiels. Le géographe Alex Tait explique que les scientifiques ne pouvaient toutefois pas le reconnaître officiellement, car aucun accord international n’avait été trouvé.

En outre, les géographes devaient également déterminer si les eaux entourant l’Antarctique ne se composaient pas tout simplement d’extensions froides des océans Pacifique, Atlantique et Indien. « Bordé par le très rapide courant circumpolaire antarctique, c’est le seul océan à en toucher trois autres et à envelopper complètement un continent plutôt que d’en être entouré », a expliqué Sylvia Earle, biologiste marine et exploratrice.

https://twitter.com/NatGeo/status/1402276146671128591

Des conséquences éducatives

Le géographe Alex Tait affirme que les conséquences de cette officialisation devraient être avant tout éducatives. « Les gens se tournent vers nous pour obtenir des faits géographiques : combien de continents, combien de pays, combien d’océans ? Jusqu’à présent, nous disions quatre océans. Plus maintenant », a-t-il indiqué.

De son côté, Frank Nitsche, géologue marin à l’université Columbia, estime que dans le contexte du changement climatique mondial, cette annonce est une très bonne occasion de stimuler l’intérêt pour cette région vitale et de sensibiliser davantage les gens aux menaces qui planent sur elle. L’impact climatique de cet océan n’est effectivement pas négligeable. Les scientifiques expliquent que ce courant refroidit les eaux et les rend légèrement moins salées. Or, cela permet de stocker le carbone dans les profondeurs des eaux.

La National Geographic Society fait de l’océan Austral un espace protégé en l’intégrant officiellement à sa cartographie. Selon Enric Sala, un explorateur de National Geographic, il engloberait « des écosystèmes marins uniques et fragiles qui abritent une faune marine merveilleuse, notamment les baleines, les pingouins et les phoques ».

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de