© NASA and The Hubble Heritage Team (STScI/AURA), Ray A. Lucas (STScI/AURA) / Wikimedia Commons

L’objet de Hoag est un peu la poupée russe de l’espace et renferme bien des mystères. L’astronome qui la découvrit ne sut d’ailleurs jamais ce que c’était, et il faudra certainement de nombreuses années avant que les scientifiques trouvent la réponse.

Un objet spatial bien mystérieux

Si vous regardez attentivement la constellation du Serpent dans le ciel du Nord, vous aurez la possibilité de voir une galaxie dans une galaxie dans une galaxie. Étrange, non ? Il s’agit de l’objet de Hoag, découvert par l’astronome Art Hoag en 1950. Ce dernier l’identifia comme une nébuleuse planétaire ou une galaxie particulière mais ne sut jamais avec exactitude ce qu’il avait découvert. Depuis, de nombreux observateurs d’étoiles se sont échinés à percer son mystère. En vain.

L’objet de Hoag est une galaxie rare en forme d’anneau qui mesure environ 100 000 années-lumière (soit un peu plus que la Voie lactée) et située à 600 millions d’années-lumière de la Terre. Dans une image capturée par le télescope spatial Hubble, qui n’en finit plus de faire de nouvelles découvertes, et traitée par le géophysicien Benoit Blanco, on peut apercevoir un anneau brillant de milliards d’étoiles bleues formant un cercle parfait autour d’une sphère beaucoup plus petite et plus dense d’étoiles jaunes rougeoyantes, qui sont plus âgées. Dans l’espace entre les deux cercles stellaires, on peut observer une autre galaxie en forme d’anneau qui est encore plus éloignée de nous.

La constellation du Serpent
— IAU and Sky & Telescope magazine (Roger Sinnott & Rick Fienberg) / Wikipédia

Des origines hypothétiques

Les astronomes ne sont toujours pas sûrs concernant ce qui a déchiré la galaxie en deux. Pour leur défense, il faut savoir que les galaxies en anneau représentent moins de 0,1 % de toutes les galaxies connues, et elles ne sont pas par conséquent les objets les plus faciles à étudier. Art Hoag lui-même avait suggéré que la formation d’anneaux particulière de la galaxie n’était qu’une illusion d’optique causée par des lentilles gravitationnelles, c’est-à-dire que l’anneau devait être une image lointaine déformée par la présence du noyau d’étoiles jaunes. Cependant, des études ultérieures avec de meilleurs télescopes ont réfuté cette théorie.

 Une autre hypothèse populaire voudrait que l’objet de Hoag fut autrefois une galaxie commune en forme de disque mais qu’une collision avec une galaxie voisine, produite il y a 2 ou 3 millards d’années, aurait percé un trou dans le centre du disque et déformé de manière permanente son attraction gravitationnelle. Les interactions gravitationnelles découlant de cette collision auraient alors formé l’anneau de gaz et d’étoiles autour du cœur de l’une des galaxies. Cependant, si cette collision s’était produite il y a 3 milliards d’années, les astronomes auraient pu en observer les retombées. Or, aucune observation ou preuve de ce genre n’a encore été trouvée. Cela voudrait dire qu’une telle collision se serait produite il y a si longtemps qu’il n’en reste aucune preuve. Ainsi, ce scénario ne peut être validé et reste, par conséquent, hypothétique.

Un objet de toute beauté

Aucune des quelques autres galaxies en anneau existantes n’a la parfaite symétrie de l’objet de Hoag qui, en plus, abrite une autre galaxie à anneau entre son anneau et son bulbe. Son mystère reste entier, mais cela n’empêche pas les astronomes amateurs de l’admirer. Le lancement du nouveau télescope spatial James-Webb en 2021 nous permettra peut-être d’en découvrir davantage.

Le télescope spatial Hubble en action

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
JCO Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
JCO
Membre
JCO

Mille MERCIS de nous faire partager ces découvertes avec une telle compétence pour des explications et illustrations aussi scientifiques que simples à comprendre.