World Travel & Tourism Council / Creative Commons

Barack Obama a profité de son intervention lors du sommet de la fondation Obama à Chicago pour se prononcer sur une nouvelle forme d’activisme qui se répand rapidement sur les réseaux sociaux et les campus universitaires. Il s’agit de la tendance « woke ».

Qu’est-ce que la tendance « woke » ?

La tendance woke est le fait de pointer du doigt les mauvaises actions d’une personne ou les injustices subies par certaines catégories de personnes. Souvent présentée comme une forme d’activisme et comme un moyen de montrer sa pureté idéologique, l’ancien numéro un des Etats-Unis conteste cependant ce mode de pensée. Il a d’ailleurs déclaré que cette nouvelle mode est loin d’être une bonne chose.

En effet, l’ancien président avait déclaré que certaines personnes « pensent que pour changer les choses, il suffit de constamment juger et critiquer les autres », rapporte Slate.

Pour illustrer ses propos, Barack Obama explique : « Si je fais un tweet ou un hashtag sur ce que tu as fait de mal, ou sur le fait que tu as utilisé le mauvais mot ou le mauvais verbe, alors après je peux me détendre et être fier de moi, parce que je suis super « woke » parce que je t’ai montré du doigt. Mais ce n’est pas vraiment de l’activisme. Ce n’est pas comme ça qu’on fait changer les choses. »

Une tendance qui restreint la vision des jeunes ?

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président américain s’exprime sur les diverses attitudes auxquelles les jeunes sont exposés via les médias ou les réseaux sociaux. En avril dernier, par exemple, lors d’un autre événement pour la fondation Obama, il avait confié ses inquiétudes concernant les progressistes américains et particulièrement leur rigidité qui les amène « à s’entretuer, à tirer sur nos alliés parce qu’il y en a un qui a légèrement dévié de l’approche considérée comme pure idéologiquement ».

Outre le fait que le mouvement « woke » consiste plus à la mise en index qu’à la conscientisation et à la résolution des problèmes, Barack Obama déclare également que ce n’est pas la bonne manière de faire découvrir le monde aux jeunes. Il rappelle ainsi que « le monde est compliqué et plein d’ambiguïtés » et amène ainsi les jeunes à faire preuve de plus de discernement, d’empathie et d’entraide.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de