― True Touch Lifestyle / Shutterstock.com

Pour la première fois depuis plus d’un siècle, les chercheurs ont découvert une nouvelle espèce de boa en République dominicaine. Surnommé boa de vigne d’Hispaniola ou vineboa d’Hispaniola (Chilabothrus ampelophis), l’animal a de grands yeux, un museau carré et des motifs en zigzag. Il a été découvert dans les forêts sèches montagneuses d’une île des Caraïbes appelée Hispaniola.

Pour la première fois depuis 133 ans, une nouvelle espèce de boa a été découverte

Une nouvelle espèce de boa a été découverte en République dominicaine par le naturaliste Miguel Landestoy de l’université autonome de Saint-Domingue en République dominicaine et ses collègues. C’était au cours d’une excursion nocturne destinée à localiser des crapauds : « Le fait qu’un animal ait pu passer inaperçu pendant si longtemps sur cette île où vit autant de monde est assez remarquable », a déclaré R. Graham Reynolds, un explorateur de National Geographic et herpétologiste à l’université de Caroline du Nord à Asheville.

La dernière espèce de boa découverte sur la même île a été documentée il y a plus de 100 ans. Lorsque les chercheurs ont aperçu le vineboa d’Hispaniola, ils se doutaient qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce en raison de sa taille.

Ce boa nouvellement découvert fait probablement partie des plus petits boas du monde. Généralement, un boa adulte mesure environ 2 mètres de longueur. En revanche, l’Hispaniola adulte le plus long trouvé par les chercheurs mesurait moins d’un mètre. Le plus petit mesurait quant à lui moins d’un demi-mètre de long.

L’un des boas les plus petits au monde

Les vineboa d’Hispaniola s’abritent dans les vignes, les arbres et les buissons. Malheureusement, leur habitat a considérablement diminué à cause des activités agricoles comme la combustion du charbon. « Les habitats où se trouvent des espèces de boa auparavant cachées, comme le boa de vigne d’Hispaniola ou le boa argenté de l’île de la Conception, sont en baisse », a déclaré Graham Reynolds, ajoutant que nous avons de la chance d’avoir découvert l’espèce avant qu’elle ne disparaisse.

Les chercheurs expliquent qu’il est fort probable que l’espèce soit déjà en difficulté. Tous les spécimens qu’ils avaient trouvés se situaient notamment à moins d’un kilomètre les uns des autres. Ainsi, ils pourraient être limités dans une petite zone. Pour les scientifiques, la prochaine étape de leurs recherches sur le boa sera de déterminer leur réelle aire de répartition.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de