Les scientifiques viennent de faire une découverte déterminante pour combattre le cancer

On savait que 79 organes avaient été identifiés dans le corps humain : 71 pour les hommes, 75 pour les femmes et 79 pour les hermaphrodites. Mais une récente découverte pourrait bien voir un nouvel organe s’ajouter à la liste en plus de faire avancer la lutte contre le cancer.

 

UN ORGANE MAL CONNU

En utilisant une nouvelle manière d’explorer notre anatomie, les scientifiques ont découvert un quatre-vingtième organe. Cette découverte, publiée dans Scientific Reports, pourrait permettre de mieux comprendre le fonctionnement de nos organes et de nos tissus, ainsi que l’identification de nouveaux mécanismes à l’origine de la progression de certaines maladies comme le cancer.

La structure découverte est dite interstitielle, c’est-à-dire qu’elle se situe entre la peau et les organes. Elle tapisse les poumons, les voies digestives et urinaires et une grande partie du système circulatoire. De part sa position, l’organe, a été nommé « interstitium ». Ce tissu était déjà connu, mais les spécialistes le pensaient compact, alors qu’en réalité c’est un système interconnecté de compartiments remplis de liquide qui s’étend dans tout le corps. C’est d’ailleurs un des plus grands organes connus à ce jour du corps humain.

UN NOUVEL ESPOIR DANS LA LUTTE CONTRE LE CANCER

Mais comment un organe si important a-t-il pu être négligé à ce point par la communauté scientifique ? Cela s’explique par la méthode d’analyse employée. La préparation des lames pour le microscope écrasait la structure de l’organe : le chercheur coupe en fines tranches la partie étudiée, la colore et la traite avec des produits chimiques mais ce procédé évacue les fluides.

Ce sont les docteurs David Carr-Locke et Petros Benias du centre médical du Mont-Sinaï Beth Israel qui ont découvert un peu par hasard l’interstitium, alors qu’ils enquêtaient sur la voie biliaire d’un patient, à la recherche de signes de cancer.

L’équipe de recherche suggère que cet organe sert en fait d’amortisseur : il protège les tissus du corps contre les dommages. Un rôle à double tranchant puisqu’en permettant aux liquides de se déplacer dans le corps, il pourrait également laisser passer des maladies comme le cancer. Cette découverte pourrait alors donner lieu à de nouvelles recherches contre le cancer et permettre l’exploration d’autres pistes.


Une espèce animale ou végétale disparaît toutes les 20 minutes.

— @DailyGeekShow