Le pire a été évité : les nazis allaient détruire Londres avec cette arme secrète enterrée en France

À l’apogée de la propagande de guerre nazie, on retrouve un mot bien particulier, « Wunderwaffe », littéralement « arme miraculeuse ». Sous cette douce appellation, les Allemands ont développé, ou au moins théorisé, tout un arsenal d’armes plus ou moins fantaisistes, en grande partie sorties de l’imagination dérangée d’Adolf Hitler. Toutes plus extravagantes les une que les autres, beaucoup ne sont jamais sorties des laboratoires germaniques, et si c’était le cas, les résultats étaient souvent mitigés, voire catastrophiques. Comme avec le V3, plus grand canon jamais construit.

Le V3, comme les fusées expérimentales V1 et V2, a été conçu, dès 1943 pour frapper la Grande-Bretagne directement depuis le continent. Le principe du canon était à la fois très complexe dans sa construction, mais aussi très simple dans sa conception.

 

Explication virtuelle du fonctionnement du canon : 

Le tube du canon était long de 130 à 150 m et sur toute la longueur de ce dernier, des chambres chargées de poudre étaient disposées. Un obus de 3 m de long était tiré à la base du canon et en glissant le long du tube, l’obus gagnait de la vitesse au contact des chambres. Le projectile pouvait atteindre la vitesse de 1500 m/s et avoir une portée de 160 km, assez pour frapper Londres.

Enterrée à plus de 100 m sous le sol dans un bunker à Mimoyecques, dans le Pas-de-Calais, l’installation répondait au nom de « Tausendfüssler », le mille-pattes.

Hochdruckpumpe V-3

L’ensemble a demandé beaucoup de travail aux ingénieurs allemands, sauf que l’appareil était difficilement fonctionnel, le canon n’étant pas rayé (comme les pistolets, les fusils ou les canons traditionnels) le projectile perdait beaucoup en précision et en aérodynamisme. De plus, les chambres successives devant donner de l’accélération au projectile ne se déclenchaient pas toujours au passage de l’obus.

Autant de soucis qui retardèrent la mise en service du V3, qui finalement n’eut jamais lieu, puisqu’entre juin et juillet 1944, les Alliés lâchèrent sur le site près de 500 tonnes de bombes qui réduisirent en cendres le complexe. Quelques semaines plus tard, un bombardement avorté sur le site mena même au décès de Joseph Kennedy Jr, le frère ainé du futur président américain.

Metro-maus1

Le V3 disparut et resta ainsi à l’état de fantasme comme beaucoup des « Wunderwaffen » qui furent à peine utilisées voire pas du tout, comme le gigantesque sur rail « Dora » long de 50 m qui tira moins de 50 obus durant toute la guerre, ou le char « Maus » (souris), le plus lourd jamais conçu (188 tonnes) qui ne sortit jamais de son usine d’assemblage. 

Des armes extravagantes à l’utilisation limitée, qui auraient dû, selon les dires d’Hitler, permettre à l’Allemagne de gagner la guerre. Ou pas. Connaissiez-vous l’existence de cette arme ou l’apprenez-vous à travers cet article ?


Sans progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible

— Kofi Annan