La NASA vient de concevoir un pneu indestructible spécialement conçu pour l’exploration spatiale

Pneus larges, pneus d’hiver, pneus d’été, pneus à profil bas, pneus rechapés… Et pourquoi pas le pneu à mémoire de forme ? La NASA a en effet développé un type de pneumatique spécialement calibré pour l’exploration extraterrestre. Et à terme, cette nouvelle technologie pourrait même remplacer nos pneus crevables…

 

Un pneu pour l’exploration spatiale

La visite de la Lune par Neil Armstrong en 1969 a marqué les esprits, et surtout celui de la NASA. Si ce fut, en effet, un grand pas pour l’humanité, l’organisme a repéré un problème de taille : le manque de mobilité dans l’espace. Déjà qu’il était difficile d’envoyer l’Homme dans l’espace, il fallait aussi penser à son moyen de déplacement une fois débarqué sur le satellite ! Si l’invention d’une voiture de l’espace coulait de source, comment allait-elle pouvoir supporter l’environnement extraterrestre ?

C’est pour répondre à cette question primordiale que la NASA Glenn a été créée. Au milieu des années 2000, le centre de recherche s’est associé à la célèbre marque de pneus, Goodyear, pour inventer le Spring tire, un pneu spécialement adapté à l’exploration spatiale, et notamment à Mars. Alors que nos pneus traditionnels sont remplis d’air, le Spring Tire, lui, est composé de centaines de fils d’acier entremêlés. Il permettait donc aux véhicules spatiaux de se déplacer librement tout en portant de lourdes charges. Et ce, sans crever ! Mais au moment d’explorer Mars, avec le Curiosity Rover en 2013, la NASA s’est rendue compte que le terrain difficile de la planète rouge endommageait le Spring Tire.

Du titane à mémoire de forme

Ainsi, la NASA Glenn a tenté sa chance avec un tout autre matériau : un alliage à base de nickel-titane nommé nitinol. Jusqu’ici, le Spring Tire ne pouvait pas totalement résister aux difficiles conditions de Mars. En résultaient des dommages irréversibles. Mais grâce à ce matériau, le pneu peut être soumis à d’extrêmes conditions, puis retrouver sa forme initiale comme si de rien n’était. C’est le concept du mémoire de forme.

Pour l’instant, la technologie ne restera cantonnée qu’à l’exploration spatiale. Les deux ingénieurs à l’origine du projet, qui ont pourtant testé ce pneu révolutionnaire sur Terre, ont identifié un problème massif : la gravité terrestre. Le poids du véhicule étant logiquement moins lourd dans l’espace, il faudra procéder à quelques ajustements. Mais l’on sait tous que la NASA est capable de prouesses, et il ne serait pas étonnant de voir ce pneu débarquer sur notre planète d’ici quelques années…


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux