Des nanoparticules de feuilles de thé détruisent les cellules responsables du cancer du poumon

Sous leurs airs parfois simples et leur parfum apprécié des connaisseurs, les feuilles de thé pourraient bien nous permettre d’éliminer le cancer du poumon. Des chercheurs indiens ont découvert les étonnantes capacités de ces feuilles et plus particulièrement d’une nanoparticule qu’elles renferment. 

 

Les points quantiques

Cancer le plus répandu au monde et comptant parmi les plus dangereux, le cancer du poumon est pourtant en phase d’être soigné. Des chercheurs de l’Université de Swansea et de l’Inde ont travaillé ensemble sur un projet de marqueurs capables de détecter les tumeurs à l’origine de ce cancer.

Baptisés « points quantiques », ces marqueurs sont des nanoparticules 4 000 fois moins larges qu’un cheveu humain. Ceux-ci ont réalisé quelque chose auquel les chercheurs ne s’attendaient pas. Ils ont pu détruire 80 % des cellules cancéreuses du poumon auxquelles ils étaient appliqués.

Pouvant être fabriqués naturellement ou artificiellement, les points quantiques représentent donc un véritable espoir dans la lutte contre le cancer du poumon. Cependant, les fabriquer artificiellement est à la fois complexe, très onéreux et peut causer de dangereux effets secondaires pour les patients. Des chercheurs du KSR Institute of Technology et de l’Université Bharathiar en Inde ont donc choisi de chercher des solutions alternatives à base de plantes pour créer ces points.

 

LES FEUILLES DE THÉ, UNE SOLUTION ECONOMIQUE ET PLUS SÛRE ?

Parmi les plantes testées, les feuilles de thé s’avèrent être les plus avantageuses. Tout d’abord, elles sont peu onéreuses et donc idéales pour produire à moindres frais les points quantiques.

Alors qu’il faut compter entre entre £ 250 et £ 500 par microgramme pour créer ces points artificiellement, alors que « ceux d’origine organique peuvent être fabriqués pour £10 par microgramme, et en même temps, ils n’empoisonnent pas les cellules saines entourant le cancer. « , a expliqué Sudhagar Pitchaimuthu, chercheur principal du projet.

Au-delà de son faible coût, les points quantiques créés grâce aux feuilles de thé permettent de tuer les cellules sans que celles-ci soient capables de se multiplier. Enfin, les feuilles de thé qui seraient utilisées proviendraient des récoltes jugées impropres à la consommation. Habituellement jetées, celles-ci seraient utilisées évitant ainsi un important gaspillage.

 

UN TRAITEMENT BIENTÔT MIS EN PLACE ?

L’efficacité des points quantiques laisse supposer qu’un traitement est déjà en cours d’expérimentation et pourrait être utilisé très bientôt mais ce n’est pas le cas. Développer un traitement est bien prévu mais il risque de demander encore quelques années de travail, selon le Dr Pitchaimuthu.

« Nous devons d’abord augmenter la production à partir des petites quantités que nous avons créées en laboratoire, pour créer une usine à points quantiques. Jusqu’à présent, nous n’avons tué des cellules dans une boîte de Pétri qu’en introduisant directement les points. Nous devons maintenant identifier une enzyme qui peut les transmettre aux cancers chez les êtres vivants, sans affecter les tissus sains environnants. Nous espérons commencer des essais en laboratoire en direct sous peu, avec des essais cliniques sur des humains dans environ deux ans si tout se passe bien, alors peut-être que dans une décennie, nous pourrions avoir un traitement largement disponible. »


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux