― Willy Barton / Shutterstock;com

Selon un sondage du syndicat des musiciens britanniques Musicians’ Union, un tiers des musiciens de Grande-Bretagne ne bénéficie pas de l’aide d’urgence, et envisage de quitter l’industrie musicale pendant la pandémie.

Les musiciens, martyrs oubliés de la crise économique ?

Selon le dernier sondage du syndicat Musicians’ Union (MU), mené sur 2 000 musiciennes et musiciens, 34 % de ces artistes « envisagent d’abandonner complètement l’industrie », du fait des difficultés financières rencontrées pendant la crise du Covid19. L’étude informe aussi que 88 % des interrogés estiment que le gouvernement britannique n’a pas suffisamment aidé l’industrie musicale depuis le début des mesures sanitaires.

Comme chacun le sait, la pandémie de coronavirus a précipité l’industrie culturelle dans un réel gouffre économique. Bien que le chancelier Rishi Sunak ait lancé un plan de soutien au secteur culturel britannique, les musiciens subissent encore très lourdement les conséquences de la crise. En effet, la plupart de ces artistes tiraient la quasi-intégralité de leurs revenus de concerts et de festivals, aujourd’hui annulés, ou au mieux ouverts à un public restreint. Le syndicat des musiciens a tiré la sonnette d’alarme, appelant le gouvernement à cibler les musiciens pour que l’aide procurée soit adaptée à la situation.

Une aide insuffisante

Horace Trubridge, secrétaire général de Musicians’ Union, a affirmé, au micro du NME : « Nous apprécions tout ce que le gouvernement a fait jusqu’à présent pour soutenir nos membres par le biais de régimes de congés et d’aides au revenu des travailleurs indépendants, mais ils ne doivent pas abandonner les musiciens à présent. Avec les mesures de distanciation sociale toujours en place, les salles ne peuvent se remplir qu’à environ 30 % de leur capacité habituelle. Nous demandons au gouvernement de mettre en place un système qui porterait les revenus potentiels des salles à 60 %, offrant ainsi une bouée de sauvetage aux musiciens et à l’ensemble de l’industrie. »

En effet, 1,57 milliard de livres sterling ont été reversées aux musées et aux salles de concert comme aide gouvernementale, mais aucune aide n’a ciblé les individus. Or, pointe Trubridge, c’est bien sur des individualités que repose en grande partie la création musicale.

Des musiciens condamnés à laisser tomber leur vocation pour subvenir à leurs besoins

Depuis la crise, près de la moitié des musiciens s’investit désormais dans un travail en dehors de l’industrie musicale, et 70 % témoignent être incapables de faire plus d’un quart de leur travail habituel. « Les musiciens travaillent dans les supermarchés, ils sont chauffeurs pour Deliveroo », déplore Trubridge, avant d’ajouter : « Nous nous dirigeons vers un automne et un hiver sans travail pour les musiciens et ceci sans aucun soutien financier du gouvernement, à part le crédit universel – ce qui est épouvantable pour une industrie qui vaut 5,2 milliards de livres. »

Réduits à se débrouiller seuls, Nick Cave, Laura Marling, Bicep, Sleaford Mods et d’autres artistes ont donné en ligne des concerts-vidéos payants. Mais de nombreuses autres stars effectuent les mêmes « séances live » gratuitement, ce avec quoi les propositions payantes peinent à rivaliser.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de