‎― mycteria/Shutterstock.com

Parfois, il faut combattre le mal par le mal. C’est exactement ce que l’on a fait avec ces moustiques génétiquement modifiés afin qu’ils puissent réduire la propagation de la dengue. Ces insectes infectés par une bactérie inhibitrice de la dengue ont été relâchés dans des communautés d’Asie et d’Amérique du Sud.

Des premiers tests positifs pour la lutte contre la transmission de la dengue

Des scientifiques australiens ont relâché des moustiques porteurs d’une bactérie qui empêche la transmission du virus de la dengue. La stratégie a entraîné une diminution de 76 % de la transmission de la dengue dans une communauté en Indonésie qui a de fréquentes flambées de dengue. Des réductions similaires ont été observées dans une zone urbaine près de Rio de Janeiro et autour de Nha Trang, au Vietnam.

Les scientifiques du World Mosquito Program (WMP) ont déclaré lors de la réunion annuelle de l’American Society of Tropical Medicine and Hygiene au Maryland le 21 novembre dernier, que la bactérie Wolbachia agit en inhibant la reproduction des agents pathogènes viraux à l’intérieur des moustiques.

Un espoir pour la lutte contre des maladies meurtrières

C’est la première preuve d’essais à grande échelle que les moustiques sont moins susceptibles de propager la dengue et des virus similaires lorsqu’ils transportent également la bactérie Wolbachia qui est inoffensive pour les humains. Plutôt que d’utiliser des pesticides pour éliminer les insectes, « il s’agit vraiment de transformer le moustique », a déclaré Cameron Simmons, expert en épidémiologie au WMP et auteur principal de l’étude.

« Nous sommes très encouragés par l’impact sur la santé publique que nous constatons – il met en évidence le potentiel de cette approche pour lutter contre la dengue et les maladies apparentées transmises par les moustiques à l’échelle mondiale », a également déclaré Cameron Simmons dans un communiqué de presse.

Il est à savoir que les moustiques infectés par la bactérie Wolbachia sont créés en laboratoire en injectant les bactéries dans leurs œufs. Les chercheurs ont également démontré que les bactéries inhibent le chikungunya et le Zika. Par ailleurs, les scientifiques sont en train de mener des études plus poussées à Yogyakarta pour savoir à quel point les moustiques infectés au Wolbachia peuvent aider à lutter contre la dengue.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de