― Kokhanchikov / Shutterstock.com

Les moustiques n’aiment pas le froid. Ainsi, ces insectes se font rares en fin d’année. Pourtant, cette année, ils sont encore présents dans les villes alors que nous sommes déjà en décembre. Sur la carte vigilance moustiques qui mesure leur présence en France, il est indiqué que dix-sept départements sont toujours classés en zone orange tandis que le reste du pays est en zone jaune.

2020 : Une année particulièrement chaude

Les moustiques ne sont pas actifs pendant l’hiver. Ils vont effectivement se cacher dans les recoins renfermant de l’humidité et de la chaleur ou restent à l’état de larve en attendant le retour des beaux jours pendant cette saison. Cependant, les entomologistes, les scientifiques ou amateurs qui étudient les insectes, indiquent que ces insectes continuent de piquer de plus en plus tard dans l’année.

Il est à noter que les moustiques ne se nourrissent pas de sang, mais de pollen. Par ailleurs, seuls les moustiques femelles viennent nous piquer, car elles ont besoin des protéines dans notre sang pour fabriquer des œufs. Les œufs ont ensuite besoin d’eau pour devenir des larves. Cependant, l’eau est trop froide pendant l’hiver. Les insectes ne vont donc pas se reproduire pendant cette saison. Ainsi, ils n’ont généralement pas besoin de nous piquer pendant cette période.

Seulement, cette année devrait être particulièrement chaude. Les moustiques restent ainsi actifs plus longtemps, surtout dans les villes où il y a plusieurs endroits où ils trouvent de la chaleur et de l’eau stagnante. Les insectes viennent y pondre leurs œufs. Ils pondent notamment une centaine d’œufs à chaque fois. Ceux-ci éclosent après quinze jours et une nouvelle génération grouille de nouveau dans les villes.

‎― mycteria/Shutterstock.com

La saison du moustique tigre est finie

La carte vigilance moustiques indique que la saison des moustiques tigres est bien finie. Pour rappel, il s’agit de l’une des espèces les plus invasives de la planète, car il s’est répandu dans une centaine de pays du monde. Principalement localisé dans les zones urbaines, il est vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et le zika. Cette année, il a été signalé dans cinquante-huit départements français.

Contrairement aux autres espèces locales, le moustique tigre pique en pleine journée et préfère le sang humain à celui des autres mammifères pour se nourrir. Dans son bilan annuel, Santé publique France rapporte 834 cas importés de dengue (64 % ont séjourné en Martinique et 23 % en Guadeloupe), six cas importés de chikungunya et un cas importé de zika.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de