Aussi sombre que sublime, Monstress traite de guerre et d’esclavage comme aucun autre comics !

Monstress est un comics réalisé par Marjorie Liu, une auteure et romancière américaine ayant déjà travaillé pour Marvel, sur X-Men et Wolverine. Il s’agit d’une oeuvre atypique fantastique somptueusement illustrée qui présente une société incroyablement sombre. L’esclavage, le racisme et la guerre sont des thèmes au cœur de cette oeuvre, en faisant un comics au ton grave et mature, pas vraiment destiné à un jeune public. Car le comics c’est aussi des thématiques complexes et graves, SooGeek décide de vous parler de Monstress plus en détail.

Le comics s’ouvre avec son personnage principal qui est vendu dans une vente d’esclaves, après avoir été enchérie par des criminels puissants qui veulent clairement son corps pour des raisons dépravées. Le personnage se nomme Maika, elle est une Arcanic, une race magique à l’allure très humaine en apparence. Au cours du premier tome, les lecteurs prennent connaissance de petits morceaux du passé de Maika, notamment ses tentatives de suicide et d’autres périodes où elle a été réduite en esclavage. Elle est retournée dans la pire sorte de servitude à savoir sur la vie de sa mère morte, avec l’espoir de se venger sur les gens qu’elle croit être responsables. Elle redevient de son propre chef une esclave pour en apprendre plus sur sa défunte mère, elle a donc le souhait de la venger et elle veut trouver les responsables de sa mort.

1531739930723500461

Monstress ressemble en ce sens un peu à l’univers de Bayonetta avec une dynamique sociale autour de la guerre et des relations entre différentes races magiques. Il y a par exemple des Arcanic qui travaillent comme domestiques pour des gens fortunés et d’autres moins fortunés. Il y a une analogie avec la racisme de notre monde réel, qui n’est toutefois jamais étouffante et que l’on interprète un peu comme on veut.

1531739930775315373

Takeda (l’illustrateur) remplit chaque page avec un niveau de détail incroyable. Les somptueux détails architecturaux vous font sentir comme dans une toile de maître, et vous pouvez presque sentir le brocart et les broderies des vêtements des personnages tellement tout cela semble réel. Le fait que toutes ces horreurs soient montrées avec une si belle manière de représentation renforce le message que l’auteure veut faire passer avec son histoire.

1531739930823970477

1531739931549524909

1531739931620586925

Montress est donc plus qu’un comics, c’est une véritable oeuvre d’art où chaque dessin peut être admiré de longues minutes comme une toile de maître. On espère que cette saga aura une longue vie et que son auteure Marjorie Liu va encore réaliser de formidables histoires comme celle-ci, qui apporte un vent de fraîcheur à l’univers de comics en partie capitalisé par les super-héros. Seriez-vous prêt à lire Monstress ?


Le cheval dort aussi bien debout que couché

— @DailyGeekShow