— (Image d’illustration) Andrea Izzotti / Shutterstock.com

L’origine de la mort de la momie est restée un mystère pour les scientifiques depuis sa découverte en 1886. Si l’on s’intéresse autant à ce qui aurait pu causer le décès de cette momie, c’est parce que cette dernière a une apparence des plus inhabituelles. En effet, comme son nom l’indique, la momie hurlante a la bouche grande ouverte comme si elle criait.

Un soupçon d’incertitude plane encore sur la cause du décès de la momie hurlante

Une femme égyptienne qui a été momifiée avec la bouche ouverte dans un cri silencieux est peut-être morte d’une crise cardiaque il y a environ 3000 ans, a révélé une nouvelle recherche réalisée par l’égyptologue Dr Zahi Hawass et le professeur Sahar Saleem, un spécialiste des momies de l’université du Caire. Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe de chercheurs a utilisé la tomodensitométrie, a rapporté Live Science. C’est une procédure d’imagerie médicale qui utilise des combinaisons informatiques de nombreuses mesures de rayons X, permettant à l’utilisateur de voir l’intérieur d’un objet sans le couper.

Le scanner a notamment révélé que la femme souffrait d’une grave athérosclérose des artères coronaires. C’est une maladie qui provoque l’obstruction des vaisseaux sanguins du cœur à cause de plaques de cholestérol. Les scientifiques ont également observé qu’y avait une athérosclérose notable dans les artères du cou, l’aorte abdominale, les artères iliaques, ainsi que les artères des membres inférieurs. Bien qu’il ne soit pas possible de dire avec certitude que la momie hurlante est décédée d’un arrêt cardiaque, il est certain qu’elle avait de graves problèmes cardiaques.

Par ailleurs, la position des restes de la momie – trouvée dans un endroit caché à Louxor, en Égypte – suggère que la femme n’a été découverte que plusieurs heures après sa mort. Le temps écoulé peut avoir été suffisamment long pour développer des spasmes mortels et les embaumeurs ont préservé le corps tel qu’il a été trouvé, dans la mesure où ils ont été incapables de faire autrement à cause de la rigidité cadavérique. « Nous supposons que les embaumeurs ont probablement momifié le corps contracté de la femme qui hurle avant qu’il ne se décompose ou se détende. Les embaumeurs ont donc été incapables de fermer la bouche ou de redresser le corps contracté », a déclaré le Dr Hawass dans un communiqué sur son site Web.

Une momie avec la bouche grande ouverte : un cas rare, mais pas unique

Il est à rappeler que la momie a été découverte en 1881 dans la cachette royale de Deir el-Bahari, un site utilisé par les prêtres durant la XXIe et XXIIe dynastie égyptienne pour cacher les restes de la royauté. Si cette nouvelle étude donne des indices sur les causes de sa mort, on ignore encore sa véritable identité. Si l’écriture égyptienne sur le linge de la momie décrit le corps comme étant celui de « la fille royale, la sœur royale de Meret Amon », il est à savoir qu’il y avait beaucoup de princesses portant ce titre et il n’existe pas d’autres indices qui pourraient aider à déchiffrer son identité.

Fait intéressant, la cachette royale abritait une autre momie hurlante : un homme identifié comme était Pentaour, le fils du roi Ramsès III. Ce dernier était impliqué dans un complot visant à tuer son père, mais il a été arrêté et forcé de se suicider par pendaison. Contrairement à d’autres momies découvertes sur ce site, il n’a pas été embaumé, mais a seulement été enveloppé dans une peau de mouton, afin de le punir de son crime. Par ailleurs, il a également été expliqué que si sa bouche est restée ouverte, ce serait également pour cette même raison.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de