Des scientifiques ont élaboré un dispositif révolutionnaire qui produit de l’eau à partir d’air

La pénurie d’eau est un défi majeur à relever pour que tout le monde puisse avoir accès à l’eau potable. Ce besoin est accru avec le problème du réchauffement climatique. L’année dernière, un groupe de chercheurs de l’université de Berkley en Californie avait testé avec succès un nouveau système de transformation de l’eau dans le désert. Après des tests concluants sur le toit du laboratoire, le dispositif a été testé en octobre 2017 à Scottsdale dans le désert de l’Arizona.

LA MOF, MATERIAU MIRACLE

Rappelez-vous, le dispositif “récolteuse à énergie solaire” fonctionne grâce à une poudre cristalline d’atomes organiques et métalliques, la MOF, qui fonctionne comme une éponge pendant la nuit en aspirant la vapeur d’eau dans l’air. Au matin, avec la chaleur et le peu d’humidité, les molécules d’eau s’évaporent mais restent bloquées à l’intérieur de la boîte transparente en plastique qui renferme la MOF. Cette vapeur est ensuite transformée en liquide par un condensateur.

Cette technique est particulièrement révolutionnaire car, si de nombreuses autres permettent de capturer l’eau présente dans l’atmosphère, elles peuvent être très énergivores, en particulier quand le taux d’humidité est très bas. Ce nouveau concept nécessite une seule chose, l’énergie solaire et peut être utilisé dans des endroits où le taux d’humidité est inférieur à 10 %.

 

Le dispositif expliqué en video :

DES TESTS ENCOURAGEANTS 

Décrivant leurs résultats dans la revue Science Advances, l’équipe de chercheurs a déclaré que cette récolteuse d’eau était une solution idéale pour obtenir de l’eau dans les régions arides à un très faible coût. Encore fallait-il tester le dispositif dans des conditions réelles, ce qui est désormais chose faite.

En octobre 2017, un essai de l’appareil a eu lieu à Scottsdale, en Arizona. Dans cette partie du désert, l’humidité atteint 40 % la nuit mais frôle les 8 % la journée. En utilisant seulement 1 kilogramme de MOF, les chercheurs ont réussi à obtenir environ 20 centilitres d’eau. Un résultat en dessous de leurs attentes mais qui suffit à éveiller l’attention car il appelle à des améliorations du système qui lui permettront d’être plus performant.

Et les chercheurs sont bien décidés à poursuivre leurs efforts pour améliorer sa conception, cette fois-ci avec un nouveau MOF en aluminium, 150 fois moins cher et pouvant capturer deux fois plus d’eau. De nouveaux tests sont prévus dans la Vallée de la Mort un peu plus tard dans l’année.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux