— kittirat roekburi / Shutterstock.com

Les résultats d’une récente étude sur des souris avancent que l’utilisation du mode nuit de nos smartphones ne permettrait pas de favoriser le sommeil : au contraire, les couleurs plus chaudes garderaient plus éveillé, parce que similaires aux couleurs du jour.

La lumière bleue ne rendrait pas plus éveillé

Il y a quelques années, les grandes marques de téléphone annonçaient un tournant dans l’éternel conflit entre votre sommeil et la lumière des appareils : le mode nuit. En activant cette option, les couleurs froides de l’écran deviennent plus chaudes afin de ne pas être trop agressives pour les yeux, et de ce fait vous permettre de l’utiliser jusqu’aux dernières secondes avant de sombrer dans le sommeil.

Il s’avère qu’au contraire, retirer la lumière bleue de votre écran pour des couleurs plus vives pourrait être contre-productif : la lumière jaune vous laisserait d’autant plus éveillé. C’est ce qu’avancent les résultats de l’étude d’une équipe de l’université de Manchester publiée dans Current Biology, qui s’est intéressée au comportement de souris exposées à de la lumière bleue ou jaune.

Selon les chercheurs, le crépuscule se fait dans des teintes plus bleues et plus atténuées que le jour ; l’horloge biologique prend en compte ces facteurs pour déterminer le périodes de sommeil et d’éveil. Ainsi, les couleurs plus chaudes du mode nuit ressembleraient plus au jour, tandis que les lumières bleutées (d’une utilisation normale du téléphone) rappelleraient davantage la nuit.

L’équipe a développé des lumières spécifiques, qu’elle pouvait faire varier sans en faire changer l’intensité. Les scientifiques ont ainsi remarqué que sur les souris, la lumière bleue avait moins d’effet que de la lumière jaune à intensité égale.

Croyance et rythmes quotidiens

Les croyances généralisées sur les bénéfices de la lumière bleue viennent de la découverte, il y a vingt ans, de la mélanopsine, une protéine dans l’œil sensible à la lumière.

« Le système de la mélanopsine sert fondamentalement à détecter l’intensité lumineuse », explique Tim Brown, un des auteurs de l’étude. Mais parce que la protéine semble être plus réceptive à des longueurs d’ondes plus basses sur le spectre lumineux (ce qui veut dire des couleurs plus bleues), Brown explique que les attentions se sont portées sur ces parties du spectre. Mais il énonce que le caractère déterminant dans le fait de ne pas perturber le rythme circadien est bien l’intensité lumineuse :

« Nos découvertes suggèrent qu’utiliser des lumières tamisées et plus froides le soir, et plus intenses et chaudes la journée, pourrait être plus bénéfique. » Si vous voulez dormir sans renoncer à tout prix à votre téléphone, essayez donc déjà de réduire la luminosité de votre écran.

Les chercheurs indiquent qu’il est bon pour la santé d’aligner notre horloge biologique avec nos rythmes de travail ou de détente : adapter les lumières en fonction pourrait en être la première étape.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de