© Nevit Dilmen / Wikipedia

Certains d’entre vous n’ont peut-être jamais entendu parler d’elle… et pourtant, Miriam Menkin a révolutionné le monde de la médecine de la reproduction en procédant à la toute première fécondation in vitro. Après six années de tentatives infructueuses, elle est parvenue à obtenir un « œuf » hors du ventre maternel, et qui donnera vie au premier bébé in vitro au monde. Découvrons ensemble l’histoire de cette scientifique extraordinaire.

Une découverte inattendue

Quand Miriam Menkin a fait son incroyable découverte, elle travaillait à Harvard, sous la houlette du docteur John Rock. À l’époque âgée de 48 ans, cette technicienne de laboratoire avait longtemps effectué des travaux concernant l’infertilité. Elle a essayé à plusieurs reprises de faire féconder un œuf en utilisant des échantillons de gamètes mâles et femelles.

Un beau jour de février en 1944, elle a fini par obtenir un processus de division cellulaire grâce à une petite sieste imprévue : au lieu d’observer le sperme et l’ovule pendant trente minutes, comme l’indique le protocole, elle s’endort une heure. De cette expérience est venue au monde Louise Brown, le tout premier bébé issu de la fécondation in vitro. Depuis, cette technique de procréation a permis de donner vie à des millions de petits êtres à travers le monde.

© CNBP / Flickr

Miriam Menkin : un parcours impressionnant

Miriam Menkin a fait ses études supérieures à l’université de Cornell où elle a obtenu son diplôme en 1922. Elle a ensuite décroché son master à l’université de Columbia puis, en épousant d’un médecin issu d’Harvard, elle a pu travailler au laboratoire de recherche de cette université. C’est là qu’elle a commencé ses recherches : Menkin avait mené des expériences de fécondation in vitro sur des lapins, mais sans obtenir de résultats satisfaisants.

Elle a ensuite été recrutée par le docteur John Rock et a continué ses tentatives de fécondation in vitro. À la suite du grand succès de ses recherches, Menkin a publié, en collaboration avec le Dr Rock, son tout premier papier sur la fécondation in vitro en 1948. Le duo a ensuite poursuivi ses travaux, cette fois-ci pour réaliser des expériences sur les pilules de contraception.

Depuis, Miriam Menkin a co-écrit 18 travaux de recherches avec d’autres chercheurs. Fidèle à la science, elle est restée dans son domaine de prédilection, la médecine de la reproduction, jusqu’à l’âge de la retraite.