— © ActuaLitté / Wikipedia

Ce lundi matin, Franck Riester, ministre de la Culture, a été signalé comme faisant partie des 1 412 cas confirmés de coronavirus en France. Ayant passé ces derniers jours à l’Assemblée nationale, il est désormais obligatoirement confiné chez lui. Il rassure également en affirmant aller “plutôt bien”.

Après l’Assemblée nationale, le gouvernement commence désormais à être touché par l’épidémie du nouveau coronavirus. En effet, ce lundi 9 mars, Franck Riester a été “testé positivement au coronavirus. Il est tout de même en forme”, comme l’a rapporté le cabinet du ministre. “Je ressens les mêmes symptômes que pour une grippe, avec une fièvre modérée, état grippal et mal de tête. Je vais plutôt bien. J’ai restreint ma vie sociale ce week-end. J’ai ainsi annulé ma participation aux réunions publiques prévues ce week-end par précaution. Je n’ai eu les symptômes que ce matin. Je me suis fait tester ce midi”, a rapporté à son tour le ministre.

Il n’a pas été hospitalisé”, ce qui prouve qu’il demeure dans un bon état de santé, comme a pu l’expliquer Olivier Véran qui a eu la possibilité de le contacter. “Il est peu symptomatique. Il avait un petit symptôme fébrile avec des signes ORL. C’est après une présence prolongée à l’Assemblée nationale qu’il a décidé d’effectuer le test.” En effet, le ministre a passé toute la semaine dernière au sein de l’Assemblée devant la Commission des affaires culturelles afin de présenter son projet de loi sur la communication audiovisuelle, où se trouvaient également les députées Sylvie Tolmont et Michèle Victory, toutes deux touchées par le coronavirus.

 “Je poursuivrai la campagne différemment notamment à travers les réseaux sociaux”, a également expliqué Franck Riester sur Facebook. “Tout le monde va bien. Le ministre a respecté des mesures de prudence et de bon sens”, a rapporté son équipe de campagne.

Dans la suite de l’agenda de la semaine dernière du ministre, il est également noté qu’il était présent lors du Conseil des ministres organisé le mercredi 4 mars dernier. Néanmoins, au cours de celui-ci, “la distance de sécurité d’un mètre n’a pas été respectée”. Malgré cela, Olivier Véran n’est pas inquiet : “Nous ne nous serrons plus les mains depuis maintenant dix jours. Quoi qu’il arrive, s’il devait y avoir des contacts, il y aurait une enquête de l’ARS comme pour n’importe quel Français. Les règles de protection sont les mêmes pour les ministres que pour tous les Français. Le ministre de la Culture, à qui le Premier ministre souhaite un prompt rétablissement, va continuer de travailler à distance.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de