Cette recherche montre que l’environnement social au sein duquel un enfant grandit entraine des modifications épigénétiques profondes, susceptibles d’influencer sa santé pendant des années.

D’importantes disparités

Une étude à long terme portant sur 2 000 enfants nés en Angleterre et au pays de Galles et suivis jusqu’à l’âge de 18 ans révèle que les jeunes adultes élevés dans des communautés marquées par davantage de privations, d’addictions, de déconnexion sociale et d’insécurité présentent des différences au niveau de l’épigénome, les protéines et les composés chimiques qui régulent l’activité de leurs gènes.

Les chercheurs affirment que l’étude soutient l’hypothèse selon laquelle la régulation des gènes pourrait être une voie biologique par laquelle les désavantages liés à l’environnement social « traversent la peau » pour engendrer des disparités à long terme en matière de santé.

Les différences ont été identifiées dans des gènes précédemment liés à l’inflammation chronique, à l’exposition à la fumée de tabac, à la pollution de l’air extérieur et au cancer du poumon, et peuvent exposer ces personnes à davantage de problèmes de santé plus tard dans leur vie. Des différences épigénétiques subsistant même après avoir pris en compte les conditions socio-économiques des familles des enfants, et ayant été observées chez les jeunes adultes qui ne fumaient pas ou ne présentaient pas des signes d’une forte inflammation.

« Ces résultats peuvent aider à expliquer comment apparaissent les disparités à long terme en matière de santé entre les communautés », déclare Aaron Reuben, principal auteur de l’étude. « Ceux-ci nous montrent également que les enfants qui ont la même apparence physique et qui sont par ailleurs en bonne santé peuvent développer des prédispositions au niveau cellulaire qui influencent leur santé une fois entrés dans l’âge adulte. »

« Il n’est pas encore possible de savoir si ces différences sont durables ou pourraient être modifiées », estime Reuben. « C’est quelque chose que nous devrons continuer à explorer. »

— stock-enjoy / Shutterstock.com

« L’environnement et les gènes travaillent ensemble pour façonner notre santé »

Récemment publiée dans la revue JAMA Network Open, l’étude a puisé dans diverses sources de données afin de définir les caractéristiques physiques, sociales, économiques et de santé liées aux quartiers dans lesquels grandissaient les sujets.

Les données ont été recueillies à partir des bases de données des autorités locales et de la justice pénale, de l’observation systématique des conditions du quartier (via Google Street View) et d’enquêtes détaillées auprès des résidents. Les chercheurs ont combiné ces données à haute résolution sur plusieurs décennies avec des informations épigénétiques obtenues via des analyses de sang lorsque les participants ont atteint l’âge de 18 ans.

« Cette recherche est un rappel important que l’environnement et les gènes travaillent ensemble pour façonner notre santé », déclare Avshalom Caspi, co-auteur de l’étude.

Dans un commentaire accompagnant l’étude, Erin Dunn, épidémiologiste psychiatrique de la Harvard Medical School, a noté que les différences de régulation des gènes induites par l’environnement social « sont probablement impliquées dans de nombreux effets néfastes sur la santé, allant des troubles de santé mentale au cancer, à l’obésité et aux maladies métaboliques ».

« J’espère que de telles études inciteront les chercheurs à explorer ces concepts complexes et à faire le lien entre les déterminants sociaux de la santé et les processus épigénétiques. »

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Danser diminue l’alcool,faites l’étude objective,de par le mouvement la digestion et élimination sont accélérées,la respiration et le flux sanguin.Bien sur,une danse sportive.