miel
— Liga Cerina / Shutterstock.com

Un nouveau traitement tirant profit des puissantes propriétés antibactériennes du miel de Manuka s’avère particulièrement prometteur pour le traitement d’infections pulmonaires mortelles.

Éradiquer Mycobacterium abscessus grâce au miel de Manuka

La bactérie Mycobacterium abscessus infecte le plus souvent les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose, de bronchiectasie ou d’autres maladies pulmonaires chroniques. L’infection provoque des cicatrices, un épaississement des tissus ou la formation de cavités dans les poumons, ce qui peut aboutir à une insuffisance respiratoire en l’absence de traitement.

Malheureusement, en raison de l’épaisse paroi cellulaire de la bactérie, celle-ci résiste aux effets des antibiotiques existants. Par conséquent, de fortes doses de médicaments sont nécessaires pendant de longues périodes, ce qui entraîne d’importants effets secondaires. Même dans ce cas, l’infection est généralement maintenue à distance, au lieu d’être complètement éliminée.

En quête d’une alternative plus efficace, les scientifiques de l’université d’Aston se sont tournés vers un type de miel particulier, produit en Australie et en Nouvelle-Zélande. Si cette substance sucrée est connue pour ses qualités curatives depuis des millénaires, le miel de Manuka contient en plus des substances chimiques produisant du peroxyde d’hydrogène un composé antibactérien appelé méthylglyoxal.

infections pulmonaires
— Magic mine / Shutterstock.com

Détaillées dans la revue Microbiology, les expériences réalisées ont impliqué l’exposition en laboratoire d’un modèle pulmonaire à des bactéries Mycobacterium abscessus prélevées sur 16 patients infectés. Les scientifiques ont ensuite utilisé un nébuliseur de laboratoire (produisant une fine pulvérisation de liquide inhalable) pour administrer un mélange de miel de Manuka et d’amikacine, antibiotique couramment utilisé pour traiter ce type d’infections.

Un traitement combiné extrêmement prometteur

L’équipe a constaté que pour que le mélange tue toutes les bactéries, une dose d’amikacine de seulement 2 microgrammes par millilitre était nécessaire, contre 16 lorsque celle-ci était administrée par des moyens traditionnels.

« En combinant un ingrédient totalement naturel comme le miel de Manuka avec l’amikacine, l’un des médicaments les plus importants mais aussi les plus toxiques utilisés pour traiter Mycobacterium abscessus, nous avons trouvé un moyen potentiel d’éradiquer ces bactéries avec une dose huit fois moindre de cet antibiotique », soulignent les chercheurs.

Si davantage de tests se révèleront nécessaires avant de pouvoir passer aux essais cliniques, l’équipe britannique estime que cette nouvelle approche pourrait réduire considérablement la perte auditive associée à l’utilisation de l’amikacine, tout en améliorant grandement la qualité de vie de nombreux patients, en particulier ceux atteints de mucoviscidose.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments