Des chercheurs australiens ont publié une étude montrant qu’un médicament couramment utilisé pour traiter les infections parasitaires avait permis, lors d’essais in vitro, de neutraliser le coronavirus en moins de 48 heures.

« Nous avons découvert qu’une seule dose pouvait essentiellement éliminer tout l’ARN viral en 48 heures »

Des chercheurs de l’université de Melbourne, en Australie, ont récemment découvert que l’ivermectine, un antiparasitaire très largement utilisé et considéré comme un médicament sûr, pouvait inhiber la réplication du SRAS-CoV-2, virus responsable du Covid-19. « Nous devons maintenant déterminer si le dosage actuellement utilisé pour l’homme se révèlera efficace, c’est la prochaine étape », a déclaré le Dr Kylie Wagstaff, ayant supervisé cette nouvelle étude publiée dans la revue Antiviral Research.

Employée depuis les années 1980 pour traiter les poux, la gale et plusieurs autres infections causées par des parasites, l’ivermectine est également utilisée pour traiter la rosacée, une affection chronique de la peau.

« Nous avons découvert qu’une seule dose pouvait essentiellement éliminer tout l’ARN viral en 48 heures et qu’après 24 heures, il y avait une réduction vraiment significative de celui-ci », ont déclaré les auteurs de l’étude. Bien que la voie exacte permettant au médicament de tuer le virus ne soit pas encore connue, les chercheurs australiens pensent que l’ivermectine atténue probablement la capacité des cellules hôtes à l’éliminer.

— RossHelen / Shutterstock.com

Un avantage décisif

« En tant que virologue faisant partie de l’équipe qui a été la première, en dehors de la Chine, à isoler le SRAS-CoV-2 et à partager cette découverte en janvier 2020, je suis enthousiaste à l’idée que l’ivermectine puisse être utilisée comme médicament potentiel contre le Covid-19 », a déclaré le Dr Leon Caly, premier auteur de l’étude et spécialiste principal de l’identification des virus au Victorian Infectious Diseases Reference Laboratory.

Le statut de l’ivermectine, en tant que médicament déjà étudié et approuvé pour le traitement d’autres maladies, offre un avantage décisif sur le développement de nouveaux médicaments, long processus impliquant généralement des années d’études de sécurité et d’efficacité avant que le médicament puisse être autorisé et utilisé.

D’autres chercheurs ont adopté une approche similaire pour tenter de mettre au point des traitements contre le Covid-19 en réorientant un certain nombre d’autres médicaments, notamment l’hydroxychloroquine et la chloroquine, des antipaludiques, ainsi que le lopinavir, le ritonavir et le remdesivir, des antiviraux destinés initialement à traiter le VIH et Ebola.

Bien que certaines recherches préliminaires se soient révélées prometteuses, davantage d’essais seront nécessaires afin de s’assurer que ces médicaments constituent un traitement à la fois efficace et sûr.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Monartctions Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Monartctions
Invité
Monartctions

Bonjour, Je salue les chercheurs qui ne ménagent pas leurs efforts pour trouver le plus vite possible un traitement et bien sûr un vaccin dans la foulée. Le traitement est urgent donc merci d’activer les essais puisque ces molécules soignent déjà d’autres affections connues….. Tout le corps médical et les… Lire la suite »