Les outils utilisés à l’époque pour la chirurgie ― Kai Beercrafter / Shutterstock.com

Aujourd’hui, la médecine moderne a recours à l’hypnose, parfois même pour des opérations chirurgicales très délicates… Mais cela n’a rien de nouveau. Avant l’âge d’or du médicament, il y avait d’autres solutions pour calmer les patients, dont l’hypnose, mais aussi l’opium et le jus de mandragore.

Un recours limité à la chirurgie

Justement parce que les moyens de soulager la douleur étaient limités, les opérations chirurgicales étaient elles aussi limitées. Lorsque les chirurgiens devaient pratiquer des opérations invasives, la méthode la plus efficace qu’ils employaient était encore d’être aussi rapide et précis que possible. La chirurgie était un acte qui devait être le plus bref possible. L’efficacité et la précision sous la pression du temps sont devenues LE critère permettant d’évaluer la compétence d’un chirurgien.

Mais la vitesse et la précision ont également limité les chirurgiens à des opérations moins complexes. Par exemple, on peut supposer qu’avant l’avènement de l’anesthésie chirurgicale en Europe et aux États-Unis au milieu du XIXe siècle, les opérations à fort enjeu telles que les césariennes et les amputations étaient moins courantes qu’aujourd’hui, à la fois en raison des compétences et des risques qu’elles impliquaient et de la douleur intense et impossible à gérer qu’elles provoquaient.

La dentisterie était l’un des rares types de chirurgie qui était comparativement plus courant à cette époque, car la douleur et les dangers qu’elle impliquait étaient moindres que pour les types de chirurgie plus graves, a expliqué Wildsmith, professeur d’anesthésie à l’université de Dundee en Écosse. Inutile de dire que les patients ne faisaient pas vraiment la queue pour subir ces opérations non plus. « Essayez de vous mettre dans cette position », a déclaré Wildsmith. « Vous avez mal, mais la douleur de la soulager serait encore pire. »

Des recettes de grand-mère pouvant être dangereuses

L’anesthésie telle que nous la connaissons aujourd’hui est une invention relativement récente. Néanmoins, cela n’empêche pas que, depuis des siècles, les médecins cherchent des moyens de soulager les douleurs intenses de leurs patients.

Dès les années 1100, on retrouve des témoignages de médecins appliquant des éponges imbibées d’opium et de jus de mandragore sur des patients pour les endormir en vue d’une opération et atténuer la douleur post-opératoire.

Plus loin encore dans le temps, des manuscrits datés de l’époque romaine jusqu’à l’époque médiévale décrivent une recette de grand-mère préconisant un mélange sédatif appelé « dwale ». Fabriquée à partir d’une concoction capiteuse de bile de sanglier, d’opium, de jus de mandragore, de ciguë et de vinaigre, cette mixture était préparée « pour faire dormir un homme pendant que les hommes le découpent », selon un manuscrit du Moyen Âge. À partir des années 1600 en Europe, l’opium et le laudanum (de l’opium dissous dans l’alcool) sont devenus des analgésiques courants.

― Steven Rostron / Shutterstock.com

Mais ces médicaments étaient rudimentaires, inexacts et difficiles à adapter aux patients et à leurs besoins. De plus, ils pouvaient être dangereux ; la ciguë peut être mortelle. Quant à l’opium et le laudanum, ils créent une dépendance dangereuse (comme toutes les dépendances d’ailleurs). La mandragore, à fortes doses, peut provoquer des hallucinations, un rythme cardiaque anormal et, dans les cas extrêmes, la mort.

Dans ce contexte médicinal impitoyable, lorsque les chirurgiens devaient pratiquer des opérations invasives, la méthode la plus sensée qu’ils employaient était souvent d’être aussi rapide et précis que possible. « Il y a plus de 150 ans, la chirurgie était brève », a déclaré Wildsmith à Live Science. L’efficacité et la précision sous la pression du temps sont devenues une mesure de la compétence d’un chirurgien.

Des méthodes parfois… hallucinantes

Alors que les chirurgiens cherchaient de nouvelles façons de faire leur travail, des méthodes plus inhabituelles ont vu le jour. L’une d’elles était la compression, une technique qui consistait à appliquer une pression sur les artères pour rendre quelqu’un inconscient, ou sur les nerfs pour provoquer un engourdissement soudain des membres.

En 1784, un chirurgien britannique nommé John Hunter a essayé de comprimer les nerfs en appliquant un garrot sur le membre d’un patient et en provoquant un engourdissement. Étonnamment, cela a fonctionné : Hunter a pu amputer un membre et, apparemment, le patient n’a ressenti aucune douleur, selon le Royal College of Anaesthetists.

Une mastectomie au XVIIe siècle © Wellcome Images / Wikimedia Commons

Une autre technique de gestion de la douleur était le « mesmérisme ». Cette croyance pseudo-scientifique combinait des éléments d’hypnose avec des théories selon lesquelles il existait chez les humains un liquide semblable à un champ de force qui pouvait être manipulé avec des aimants. L’inventeur de la technique, le médecin autrichien Franz Anton Mesmer, pensait qu’en contrôlant ce liquide malléable, il pouvait plonger les patients dans un état d’animation suspendue, au cours duquel ils seraient inconscients de la douleur provoquée par la chirurgie.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments