Alberto Zangrillo, médecin italien connu pour s’occuper de la santé de l’ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, a affirmé que le coronavirus avait disparu d’Italie. Ces propos ont provoqué la stupéfaction des autorités de santé de la Péninsule et une mise au point de la part de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un médecin qui appelle à cesser de « terroriser » les Italiens

C’est une annonce qui n’a pas manqué de provoquer une levée de boucliers parmi les professionnels de la santé, italiens comme internationaux. Le docteur Alberto Zangrillo, directeur de l’hôpital de San Raffaele à Milan. Il est connu en Italie comme « le médecin de Silvio Berlusconi« , car c’est lui qui est en charge de la santé de l’ancien président du Conseil italien.

Ce dimanche, sur la télévision publique RAI, le docteur Zangrillo a affirmé que le coronavirus avait disparu d’Italie, et qu’il était par conséquent inutile de « terroriser » inutilement les Italiens. « En réalité, le virus n’existe plus cliniquement en Italie », a-t-il martelé à la télévision. Il a poursuivi : « Les prélèvements effectués au cours des dix derniers jours ont montré une charge virale absolument infinitésimale en termes quantitatifs par rapport à ceux effectués il y a un mois ou deux mois », ajoutant qu’« il serait temps d’arrêter de terroriser ce pays ».

— faboi / Shutterstock.com

Recadré par l’OMS

L’OMS ne s’est pas fait attendre pour corriger ces affirmations. Lors d’une conférence de presse virtuelle, Michael Ryan, chef du programme d’intervention d’urgence, affirme que “nous devons être exceptionnellement attentifs à ne pas donner le sentiment que tout à coup le virus, par sa propre volonté, a décidé de devenir moins pathogène. Ce n’est pas du tout le cas.” Il ajoute que le nouveau coronavirus “reste un virus tueur” et que “des milliers de personnes continuent de mourir chaque jour”.

Michael Ryan envisage la possibilité que, si les Italiens notamment sont moins exposés au virus, c’est peut-être plus les personnes, la communauté qui se trouve moins exposée. “En apparence, le virus semble plus faible mais il pourrait être plus faible parce que nous nous améliorons [dans sa connaissance et sa gestion], pas parce qu’il faiblit. J’espère que le virus faiblit, nous l’espérons tous, mais nous ne pouvons pas à ce stade en faire le pari.”

Matteo Bassetti, un autre médecin italien, a déclaré dimanche, en accord avec le Dr Zangrillo, que le virus lui paraissait moins létal qu’il ne l’était il y a 2 mois. L’Italie a été pendant un certain temps l’épicentre de la pandémie de Covid-19 en Europe, qui y a fait plus de 33 500 morts en 3 mois. Giuseppe Ippolito, directeur du prestigieux institut des maladies infectieuses Spallanzani à Rome, a affirmé quant à lui qu’il n’y avait aucune preuve scientifique que le virus ait baissé en puissance ou muté.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
alain smeekens Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
alain smeekens
Invité
alain smeekens

Une belle foutaise pour une grosse grippe de foutre l’économie occidentale dans la merde et qui va payer les pots casser, devinez, pas les gros bonnets, pas les banques encore moins nos « élites »qui nous gouvernent, le peu de bien être qu’il nous reste ils vont nous le ponctionné. En plus… Lire la suite »