Quels sont les matériaux de votre intérieur les plus dangereux pour votre santé ?

Quels sont les matériaux de votre intérieur les plus dangereux pour votre santé ?

On se sent souvent à l’abri de la pollution une fois chez soi, portes et fenêtres fermées. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’air intérieur est parfois plus pollué qu’à l’extérieur ! En effet, de nombreux matériaux dégagent des émanations toxiques. Lesquels sont-ils ? Comment lutter contre la pollution intérieure ? Voici un petit guide essentiel.

Lors de la construction des bâtiments, plusieurs matériaux sont utilisés. Certains sont naturels, d’autres moins. De même, certaines de nos habitudes quotidiennes (chauffage, ménage…) accentuent la pollution intérieure. Voici la liste (non exhaustive) des matériaux les plus polluants et leurs incidences tant sur l’environnement que sur la santé.

LES TISSUS

Toiles tendues, canapés et certains tapis réalisés en tissus, peuvent contenir du formaldéhyde un COV (composé organique volatile). Chez les individus fragiles et les jeunes enfants, le formaldéhyde peut irriter les voies respiratoires, causer des troubles respiratoires ou encore irriter les yeux. De même, certains tapis et moquettes libèrent du tétrachloroéthylène pouvant gêner la respiration.

LES PEINTURES

La plupart des peintures agglomérées ou contreplaquées diffusent du benzaldéhyde. Cette substance est responsable d’allergies respiratoires et cutanées.

LE BOIS AGGLOMÉRÉ OU CONTREPLAQUÉ

Pourtant naturel, le bois est un matériau soumis à divers traitements pour le rendre imputrescible et résistant aux divers nuisibles (termites…). De même, les colles utilisées pour assembler les morceaux sont également toxiques, émettant du formaldéhyde. Le label Lighnum CH 6.5 ou E1, le bois massif indigène garanti FSC ou Q sont à privilégier. Par ailleurs, le chauffage au bois développe l’émission de particules fines. Cela pollue l’air surtout si le poêle à bois n’est pas doté de filtres à particules.

LE BÉTON / CIMENT

La fabrication de béton n’a rien d’écologique. En brûlant 1 tonne de calcaire dans un four à 1300°, cela génère son équivalent en CO2. Grâce aux nouvelles technologies, des spécialistes ont pu mettre au point un béton purifiant capable de capturer puis de transformer les oxydes d’azote, les COV et les particules fines. Il est également autonettoyant.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux