Le début du massacre : la chasse aux dauphins est ouverte au Japon et elle s’annonce sanglante

La chasse aux dauphins est ouverte au Japon. Chaque année, de septembre à mars, la baie de Taiji devient le théâtre d’une barbarie sans nom. Durant six mois, plusieurs centaines de dauphins sont massacrés. Et une fois n’est pas coutume, la chasse s’annonce impitoyable.

Une nouvelle saison de pêche aux dauphins vient de s’ouvrir dans la petite ville portuaire de Taiji, située au sud d’Osaka, au Japon. Rendue tristement célèbre par le film The Cove, La Baie de la honte, Oscar du meilleur film documentaire en 2010, cette tradition indigne le monde entier. Et pour cause, la pratique consiste à rabattre les dauphins vers les eaux les moins profondes avant de les tuer lentement.

Une fois que les pêcheurs ont repéré des bancs de dauphins au large, les bateaux se positionnent en entonnoir. Les hommes effraient alors les cétacés en formant un mur de bruit. Ils tapent à la surface de l’eau à l’aide de longues barres de métal. Les bateaux n’ont alors plus qu’à rabattre les mammifères marins affolés dans les eaux peu profondes, où ils ont préalablement installé des filets. Jusqu’en 2010, les pêcheurs de Taiji harponnaient et poignardaient les dauphins à mort. Mais il y a six ans, leurs méthodes ont changé.

Désormais, les pêcheurs transpercent les cétacés au niveau de leur colonne vertébrale à l’aide d’une tige métallique, le but étant de détruire leur moelle épinière. Bien souvent, les pêcheurs n’y parviennent pas du premier coup et les dauphins agonisent lentement. Pour éviter que la baie ne vire au rouge sang, les pêcheurs rebouchent ensuite le trou avec une cheville en bois. Ils hissent alors les animaux sur les pontons avant de les éventrer, parfois encore vivants.

Cette « tradition ancestrale » n’a en réalité été développée qu’à partir de 1969. Pour quelle raison ? L’appât du gain bien sûr. Les plus beaux animaux sont dressés puis revendus aux delphinariums du monde entier. Car un dauphin dressé se revend environ 130 000 euros. De la Chine, au Japon, en passant par les Emirats Arabes Unis et les Etats-unis, en 2014, 20 pays étaient complices de ce massacre.

Les autres sont abattus sous de grandes bâches et leur viande revendue aux supermarchés, aux restaurants et même aux cantines scolaires. Chaque dauphin rapporte 450 euros. Alors que des analyses démontrent la toxicité de la viande de dauphin dont le taux de mercure est très élevé, les enfants du pays en mangent à l’école.

Cette année, les autorités de Taiji ont fixé le quota de pêche à 1820 individus. 450 dauphins bleus et blancs, 414 grands dauphins, 400 dauphins tachetés, 251 dauphins de Risso, 134 dauphins à flancs blancs, 101 globicéphales et 70 pseudorques seront donc massacrés au nom de ce business inhumain. Sur le même sujet, découvrez comment chaque année 300 000 dauphins meurent dans les filets destinés à la pêche au thon.


Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente.

— Henry Ford