Frederic Legrand – COMEO / Shutterstock.com

Le masque sera bien obligatoire à partir de 11 ans dans les collèges, lycées et universités. Toutefois, alors que le gouvernement était attendu sur la question, la gratuité des masques ne sera pas assurée pour tous, et restera à la charge des familles.

« Revenir à la notion de responsabilité »

À partir de 11 ans, soit à partir de la 6e, les élèves devront porter un masque au collège et au lycée. Toutefois, le gouvernement a tranché : ils ne seront pas gratuits, et resteront donc à la charge des familles. Ce qui a un coût : comme le rappelle Francetvinfo, pour une famille de 4 personnes, il faut compter 144 € pour des masques jetables, 96 pour des lavables.

Pour le Premier ministre, Jean Castex, « il n’y a pas de défaillance de l’État », a-t-il affirmé ce mercredi sur France Inter. Le gouvernement faisait pourtant l’objet de telles accusations face à son refus d’assumer ce qui est désormais devenu un matériel scolaire obligatoire. Le Premier ministre a toutefois rappelé que les familles « les plus précaires » avaient déjà reçu des masques gratuitement.

« Il faut revenir à la notion de prise de responsabilité individuelle », assure un ministre. « On ne paie pas des préservatifs à tout le monde, alors que le sida tue lui aussi ! Ce n’est pas à l’État de prendre en charge cette dépense, d’autant plus que la situation est amenée à durer. » « La pandémie concerne tout le monde, il faut responsabiliser les Français », se murmure-t-il au sommet de l’État. Argument ultime : « Aucun pays au monde n’assure la gratuité des masques. »

Des collectivités locales agissent en remplacement de l’État

Des collectivités locales ont d’ores et déjà pris la décision de pallier ce qu’elles appellent une « défaillance de l’État », selon les mots de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France. Elle fait partie de ceux qui ont décidé de prendre en charge ces masques, comme en Occitanie, où Carole Delga, la présidente, affirme qu’appeler à la « responsabilité des familles » revient à pénaliser les plus précaires et affirmer qu’elles ne seraient pas « responsables ». « C’est du mépris », ajoute-t-elle. Ainsi, des masques lavables seront distribués aux élèves par certains départements pour les collèges, et régions pour les lycées.

De nombreux responsables politiques, dans l’opposition et même au sein de la majorité, réclamaient la gratuité des masques. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise (LFI, extrême gauche), tonnait-il : « Si les masques sont obligatoires à l’école, ils doivent être gratuits. Car l’école dans notre pays est gratuite et obligatoire. » Yannick Jadot, eurodéputé écologiste, ajoutait : « Il faut que les écoles aient leurs stocks de masques et quand les gamins arrivent à l’école, ils ont un masque délivré par l’école, le collège ou le lycée. »

Même au sein de la majorité, certains s’insurgent contre cette décision : « On va revoir des régions fanfaronner avec des masques comme pendant le confinement », selon ce macroniste. « Au bout de la chaîne, c’est tout de même l’État qui paie », déplore ce conseiller ministériel.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de