En raison de la crise sanitaire mondiale, le port du masque est obligatoire sur de nombreux lieux de travail. À la rentrée scolaire, l’Éducation nationale a distribué cinq masques en tissu blanc de la marque DIM à chaque enseignant. Cependant, le site d’information Reporterre rapporte que ces masques ont été traités avec une molécule potentiellement toxique.

Un danger pour la santé des enseignants

Il est signalé sur leur emballage que les masques en question ont été traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, un biocide considéré comme toxique pour la santé et pour l’environnement. Ils représenteraient ainsi un risque pour leurs porteurs. Par ailleurs, nous voyons le président Emmanuel Macron s’étouffer alors qu’il porte l’un de ces masques en tissu blanc dans une vidéo datant du 8 septembre dernier.

https://twitter.com/medmedfr/status/1303339924888920068

Une chercheuse spécialiste en nanotechnologies à l’université d’Aveiro, explique que le risque est d’autant plus important lorsque les masques sont portés pendant une longue durée et de façon chronique. Par ailleurs, les théories sur leurs effets néfastes sont nombreuses. « L’argent ionique est, selon certains auteurs, excrété dans les urines en deux à cinq jours, alors que d’autres chercheurs montrent une bioaccumulation de granules métalliques dans différents organes : le foie, les reins, l’intestin, les glandes surrénales et, dans de rares cas, la moelle épinière », avertit l’université de Rouen dans une étude, citée par L’Obs.

Mais ce n’est pas tout, trois entreprises textiles belges expliquent également que les « nanoparticules d’argent […] sont si petites qu’elles peuvent pénétrer dans des parties du corps et des cellules où elles n’ont normalement pas leur place ». Enfin, l’Agence européenne des produits chimiques indique que la zéolithe d’argent est très toxique pour les organismes aquatiques et entraîne des effets néfastes pouvant nuire à la fertilité à long terme.

― vladaphotowiz / Shutterstock.com

DIM affirme que le masque ne représente aucun risque

Face à ces craintes, DIM affirme que ses masques sont sûrs et efficaces en termes de filtration et de perméabilité de l’air. Selon la marque, ses produits sont parfaitement conformes aux instructions et recommandations sur les masques barrières des autorités françaises et européennes. Elle confirme que ses masques sont bien traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, mais que leur usage est autorisé par la réglementation européenne.

« Nos masques sont conformes aux exigences Oeko-Tex Standard 100®, ce qui veut dire que chacun de leurs composants a été testé sans substances nocives et, par conséquent, ils ne présentent pas de risque pour la santé humaine », a-t-elle indiqué dans un tweet. Peu rassuré par ce démenti, le SNES-FSU demande tout de même une expertise indépendante. De son côté, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer indique également que cette information mérite une vérification.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de