Une vie extraterrestre est-elle possible sur la planète Mars ? De nouvelles études et recherches sur la planète rouge confortent cette idée. En effet, une grande quantité de méthane, encore jamais découverte, a été recensée sur la planète rouge et la présence de sels rend possible une vie bactérienne…

Une vie microbienne possible ?

Ces recherches ne montrent pas directement qu’il y a une vie sur Mars, mais suggèrent que la planète aurait des milieux plus favorables à la vie que ce que les scientifiques pensaient. Les chercheurs de Wichita State University se sont en effet intéressés à des flaques de boue concentrées en sels, découvertes sur la planète rouge, et les ont comparées à des flaques similaires sur Terre. Ils ont alors découvert que la vie bactérienne pourrait survivre même après avoir complètement séché.

Les scientifiques ont détaillé leurs recherches ce 21 juin à la réunion annuelle d’American Society for Microbiology à San Francisco, selon space.com. Ils ont alors mis dans des bocaux les bactéries avec une solution d’eau salée similaire à celle observée sur la planète rouge. Ils les ont ensuite laissé sécher et se réhydrater à mesure que l’eau s’évaporait et se condensait avec le changement de température, comme ça se passerait sur Mars. 

Nous avons les premières données qui montrent la croissance des bactéries après séchage et ensuite être réhydratées à travers seulement une humidité, en présence de sels qui absorbent l’humidité de l’air« , explique ainsi Mark Schneegurt, un astrobiologiste à l’université de Wichita State au Kansas et l’un des auteurs de l’étude. 

Le chercheur explique que ces travaux pourraient, concernant les lieux habitables, élargir le champ des possibles pour les scientifiques, notamment lorsqu’il s’agit de milieux secs ou froids. Ces recherches pourraient également signifier qu’il y a un plus grand risque que précédemment imaginé, et que les microbes terriens pourraient contaminer d’autres milieux. 

La prochaine étape, explique Schneegurt, est d’examiner les limites de ces micro-organismes, en les exposant à des températures encore plus froides, typiques de Mars, et à différentes formes de sels qu’on peut trouver à la surface de la planète rouge.

Du méthane sur Mars ?

Ce n’est pas la première fois que des traces de méthane sont découvertes sur la planète Mars. Mais le robot Curiosity de la NASA a découvert la semaine dernière « la plus grande quantité de méthane jamais mesurée au cours de la mission« . Le robot a ainsi détecté une concentration d’environ 21 parties par milliard d’unité en volume (ppb), pour comparaison l’atmosphère terrestre est concentrée à environ 1 860 ppb de ce gaz.

Mais pourquoi la présence de méthane sur Mars passionne-t-elle tant les scientifiques ? En fait, sur Terre, ce gaz est essentiellement produit par des organismes vivants. Le fait qu’il soit présent sur la planète rouge pourrait possiblement témoigner d’une forme de vie sur cette planète, que ce soit actuellement ou autrefois (le gaz a pu être emprisonné et ses traces viennent tout juste d’être libérées). Toutefois, le méthane peut également être produit par des réactions chimiques sans l’intervention d’organismes vivants. C’est ce qu’explique la NASA : « C’est passionnant, car la vie microbienne est une source importante de méthane sur Terre mais le méthane peut également être créé par des interactions entre les roches et l’eau.« 

Le mystère autour de la provenance de ce gaz est cependant toujours d’actualité comme le précise l’agence : « Curiosity ne dispose pas d’instruments capables de dire de manière définitive quelle est la source du méthane, ou même s’il provient d’une source locale située dans le cratère Gale ou ailleurs sur la planète. »

Disposant de plus en plus de nouvelles données, une forme de vie sur la planète Mars nous semble désormais bel et bien possible…

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de