Pour la toute première fois, vous pouvez écouter le son énigmatique des vents martiens

Arrivé sur Mars il y a deux semaines, l’atterrisseur InSight de la NASA a eu l’occasion d’enregistrer les vibrations générées par les vents martiens. Une grande première permise par deux instruments de mesure français mis au point par le Centre national d’études spatiales. Découverte.

 

Un spectacle sonore sidérant

Le 26 novembre dernier, InSight, la sonde de la NASA, atterrissait avec succès sur la planète rouge et nous gratifiait d’un premier cliché poussiéreux de son environnement, qui confirmait que l’appareil n’avait pas été endommagé durant la descente et fonctionnait correctement. À la suite à l’activation de ses panneaux solaires, la sonde était en mesure de configurer son sismomètre (SEIS), destiné à mesurer les tremblements agitant le sol de Mars, qui enregistrait pour la toute première les vibrations produites par les vents martiens. Un spectacle sonore absolument incroyable à découvrir dans la vidéo qui suit.

Cette grande première a pu être réalisée grâce à deux instruments de mesure de fabrication française embarqués par la sonde InSight : le sismomètre cité plus haut et un capteur de pression mis au point par le Centre national d’études spatiales. Comme le précise Thomas Pike, membre de l’Imperial College de Londres et responsable scientifique de ces instruments : « Notre oreille n’est pas habituée à ce type de fréquence. Le son produit a l’air de venir d’une autre planète, ce qui est effectivement le cas, et ressemble un peu à celui que produirait un drapeau flottant dans le vent ».

 

Insight va tenter de percer les mystères du sous-sol martien

Capturant les vibrations sonores produites par un vent martien soufflant à 20 km/h, le fichier audio mis en ligne par la NASA propose un son décalé de six octaves pour une raison toute simple : la densité de l’atmosphère de la planète rouge étant extrêmement faible (elle équivaut à 1 % de l’atmosphère terrestre), cette modification est indispensable pour les rendre audibles. Selon Thomas Pike : « Inaltérées ces vibrations sont à peine audibles car elles sont enregistrées à une fréquence de 50 hertz, à l’extrémité inférieure de ce que l’oreille humaine peut percevoir ».

La mission principale d’InSight consiste à étudier les tremblements agitant le sol martien en y plantant un sismomètre (voir illustration ci-dessous), afin d’en déterminer l’origine, puisqu’à la différence de la Terre, ces derniers ne sont pas générés par la tectonique des plaques. Enfin, l’analyse de ces ondes sismiques devrait également aider les scientifiques à établir plus précisément la composition du sous-sol de la planète rouge, et par extension à mieux appréhender la formation des planètes rocheuses.

© NASA

Chaque année, se produisent environ 4000 séismes dans l’Himalaya soit environ un séisme toutes les deux heures.

— @DailyGeekShow