Deux chercheurs américains ont récemment publié une analyse d’échantillons de sol martien vieux de 3,5 milliards d’années contenant des composés chimiques appelés « thiophènes » qui pourraient, potentiellement, être organiques. Si tel est le cas, il est fort probable que des bactéries aient déjà vécu sur la planète.

Des analyses révèlent la présence de thiophènes sur Mars

Sur Terre, les thiophènes sont considérés comme des signes révélateurs de la vie par les biologistes. La présence de ces composés potentiellement organiques dans le sol martien représente la preuve la plus solide à ce jour que la vie ait pu exister ailleurs que sur notre planète. Mais avant d’aller plus loin, il convient de mentionner que même le duo ayant mené ces travaux, dont les conclusions ont été publiées dans le Journal of Astrobiology, reste assez sceptique à ce sujet.

Une des principales théories sur l’existence des thiophènes martiens est en fait celle des impacts de météorites à la surface de la planète, qui les rendraient abiotiques, c’est-à-dire non organiques. Comme l’écrivent les chercheurs de l’université d’État de Washington : « Les impacts de météorites fournissent une explication abiotique possible. Les thiophènes peuvent également être créés par réduction thermochimique des sulfates, un processus qui implique qu’un ensemble de composés soit chauffé à 120 °C ou plus. »

Il existe cependant un scénario, légèrement moins probable mais envisageable, dans lequel d’anciennes bactéries auraient produit les thiophènes.

— Elena11 / Shutterstock.com

Les nouveaux rovers martiens devraient nous en apprendre plus sur leur origine

« Dans le scénario biologique, les bactéries, qui auraient pu exister il y a plus de trois milliards d’années lorsque Mars était plus chaude et plus humide, auraient pu faciliter un processus de réduction des sulfates qui aboutit aux thiophènes. Il existe également d’autres voies par lesquelles les thiophènes eux-mêmes sont décomposés par les bactéries », écrivent notamment les auteurs de l’étude.

Malheureusement, les capacités d’analyse de Curiosity étant limitées, il faudra probablement attendre l’arrivée des rovers ExoMars 2020 (ESA) et Mars 2020 (NASA) sur la planète rouge afin d’en savoir plus sur l’origine de ces thiophènes. Tandis que la présence d’astrobiologistes sur le terrain pourrait être nécessaire afin de confirmer définitivement si la vie, qu’elle soit ou non bactérienne, a jamais existé sur Mars.

Le fait que les thiophènes soient effectivement organiques poserait également une autre question : si des bactéries aussi anciennes existaient sur Mars, comment expliquer le fait qu’elles n’aient pas évolué en formes de vie plus complexes, comme ce fut le cas sur Terre ? Selon les chercheurs, un évènement majeur aurait pu se produire à un moment donné de l’histoire de la planète et ainsi empêcher la prochaine étape du développement biologique d’avoir lieu.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de